×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Imagination

Par L'Economiste| Edition N°:1517 Le 13/05/2003 | Partager

Proposition d'accord de libre-échange en provenance des Etats-Unis; proposition de développer le "voisinage" en provenance de l'Union européenne pour développer les relations et peut-être arriver à ce que demandait le Maroc depuis bientôt dix ans: "plus que l'association, moins que l'intégration".Ces deux options, l'Américaine et l'Européenne, ne sont pas déconnectées: ce n'est pas vraiment un hasard si elles se présentent dans ce monde dur qu'est l'après-11 septembre 2001. Ce n'est pas un hasard non plus si elles ne passent pas par l'OMC.Elles ne sont pas compatibles en tous points, mais elles ne sont pas complètement incompatibles.Leur dénominateur commun est la réduction des entraves aux échanges. Chacun le reconnaît mais pour autant, elles ne sont pas exactement dans la ligne des désarmements tels que les propose l'ordinaire de l'Organisation mondiale du commerce. Les deux options dessinent deux espaces. Tous les deux appartiennent bien à la même vision libérale du commerce, de l'initiative économique et de la concurrence loyale. Mais ces deux espaces ont des critères légèrement décalés. Le droit des affaires, la comptabilité, les normes techniques… ne sont pas exactement les mêmes. Ces deux espaces distincts et parfois rivaux placent le Maroc dans une position compliquée: Rabat n'a pas du tout la puissance de dire non aux Etats-Unis alors que ses intérêts de proximité sont plus européens qu'américains. Mais cette position compliquée, où il faut ménager les deux géants, n'est pas sans opportunités.Durant les vingt dernières années, la diplomatie économique marocaine avait su trouver des formulations de consensus, qui sont par la suite devenues des feuilles de route mondiales: "ajustement plus croissance", exception à la clause de la nation la plus favorisée…Si le Maroc ne veut pas être ce grain tombé entre deux meules, c'est le moment d'avoir à nouveau de l'imagination. Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc