×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Flash

TPME: Plus de la moitié meurent après 5 ans

Par L'Economiste| Le 29/09/2020 - 09:47 | Partager
TPME: Plus de la moitié meurent après 5 ans

La durée de vie des TPME au Maroc reste assez courte. C’est l’une des conclusions du rapport de l’Observatoire des TPME dévoilé par la banque centrale. L’examen de la situation financière de ces entreprises montre plusieurs fragilités, particulièrement au niveau de celles de petite taille, en termes de structure bilantielle, de productivité et de rentabilité, qui les pousseraient à sortir du marché dans des délais assez courts. "En effet, les entreprises radiées avant d’arriver au terme de 5 ans d’existence représentent, en moyenne annuelle, plus de 50% du total des radiations sur la période 2016-2018", souligne le rapport.

En outre, le document note que le tissu des entreprises Personnes Morales actives est très fragmenté. En effet, 99,4% d’entre elles étant des TPME, dont plus de 85,8% sont des microentreprises avec un chiffre d’affaires n’excédant pas 3 millions de DH. La part des microentreprises dans le tissu productif national serait encore plus importante si l’on devait y intégrer les entreprises Personnes Physiques déclarées à la DGI et les autres unités de production de l’économie, relève aussi le rapport.

Sur la base des données arrêtées à fin 2018, il ressort que les TPME ne réalisent que 36.7% du total du chiffre d’affaires, dont 27.3% à l’export, et 36.6% de celui de la valeur ajoutée de la population d’entreprises étudiées (excluant celles à caractère financier1), alors qu’elles sont les principales pourvoyeuses de l’emploi, puisqu’elles ont occupé près de 73% de l’effectif déclaré à la CNSS. Autre enseignement: la plupart des TPME opèrent dans des activités peu consommatrices de ressources financières. Ainsi, plus de 54% de celles-ci étaient concentrées, en 2018, dans les secteurs « Commerce ; réparation d’automobiles et de motocycles » et « Construction », générant 48% et 64% de la valeur ajoutée respective de ces secteurs.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc