×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Flash

Signes de radicalisation: L’université de Cergy-Pontoise fait son mea culpa

Par L'Economiste| Le 15/10/2019 - 12:09 | Partager
Signes de radicalisation: L’université de Cergy-Pontoise fait son mea culpa

Absentéisme récurrent aux heures de prière, changement de tenue vestimentaire, arrêt de l’alcool... L’université de Cergy-Pontoise a reconnu une maladresse après la diffusion d’un message à ses personnels visant à détecter des "signaux faibles de radicalisation". "Appel à la vigilance": voici l’objet du mail reçu lundi par les 1.800 personnels de l’université, en provenance de la boîte mail du responsable sécurité, également "référent radicalisation" de l’établissement.

Y étaient détaillés les différents types de "menaces d’attaques terroristes", notamment la "menace endogène", c’est-à-dire directement liée aux personnes fréquentant l’université. Dans un fichier Excel attaché étaient listés des "signaux faibles" susceptibles d’alerter, par exemple un changement de tenue vestimentaire (port de pantalon dont les jambes s’arrêtent à mi-mollet pour un homme, apparition d’un voile pour une femme), l’arrêt de la consommation d’alcool, un intérêt soudain pour la religion ou un absentéisme récurrent aux heures de prières...

S’ils constataient "qu’un individu (étudiant ou collègue) présente un ou plusieurs signaux listés dans cet imprimé", les personnels de l’université étaient invités à retourner l’imprimé au référent sécurité. Dans un tweet, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a dit lundi soir "si la lutte contre la radicalisation appelle la vigilance de chacun, ce combat ne sera jamais gagnant s’il s’appuie sur des préjugés et des caricatures". Le document polémique a depuis été "retiré", a indiqué l’université.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc