×
 Niaque
Niaque Par Radia LAHLOU
Le 05/10/2022

Le nouveau modèle de déve­loppement a cela de bon, c’est qu’il a créé de l’ému­lation. Des milliers d’heures de tra­vail, et des tournées pour recueillir les informations ont... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Santé: Le gouvernement veut doubler le nombre d’étudiants inscrits en médecine

Par L'Economiste| Le 14/06/2022 - 09:39 | Partager
Santé: Le gouvernement veut doubler le nombre d’étudiants inscrits en médecine

Le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch a indiqué, lundi à la Chambre des représentants, que le plan visant à augmenter le nombre d’étudiants dans les métiers de la médecine sera activé à partir de l’année scolaire 2022-2023. L’objectif est de renforcer de 20 % le nombre d’étudiants inscrits dans les facultés de médecine et de pharmacie publiques et privées, ainsi que de multiplier ce chiffre par deux à la fin de cette législature. Pour atteindre ces objectifs fixés, le gouvernement compte ainsi assurer les ressources humaines et moyens financiers nécessaires, en multipliant par deux le nombre des médecins lauréats des facultés et par trois celui des lauréats des écoles d’infirmiers, a précisé Akhannouch.

A moyen terme (2025-2026), ce plan vise à dépasser le taux d’encadrement de 23 cadres médicaux et paramédicaux pour 10.000 habitants, comme minimum fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour répondre aux besoins de la population, et d’atteindre les objectifs chiffrés du Nouveau modèle de développement à l’horizon 2035, soit 45 cadres pour 10.000 habitants.

Le secteur a  en effet besoin de plus de ressources humaines en raison d’une hausse de la migration des médecins marocains (Entre 30 et 40 % des lauréats), de la faible attractivité des concours de recrutement dans le secteur public, du déséquilibre de la répartition territoriale du personnel médical et de la non concrétisation de l’objectif de formation de 3.300 médecins par an à l’horizon 2020.

E.M.G.