Retraite: la Cour des comptes pointe les limites des régimes

Par L'Economiste| Le 14/03/2022 - 16:12 | Partager
Retraite: la Cour des comptes pointe les limites des régimes

La Cour des comptes a rendu publics ses rapports des années 2019 et 2020. La juridiction a notamment réalisé, en 2020 des missions de contrôle, concernant ce secteur des retraites, mettant principalement l’accent sur la réforme systémique des régimes de retraite en vigueur et l’élargissement de la couverture aux travailleurs non-salariés. Elle a ainsi pointé plusieurs limites dans les différents régimes de retraite et alerté sur leur viabilité à long terme.

Régime des pensions civiles - CMR: Concernant le régime des pensions civiles de la Caisse marocaine des retraites (RPC-CMR), la Cour des comptes alerte sur le risque de liquidité qui pèse sur ce régime à partir de 2023. Malgré la réforme paramétrique de 2016, les réserves encourent le risque d’épuisement à l’horizon 2026, relève ainsi la CC. Toutefois, la réforme a permis de prolonger l’horizon de viabilité du régime de 2021 à 2027, de réduire le déficit cumulé jusqu’à 2065 de près de 57% et de rendre possible un rééquilibre du régime à l’horizon 2078, note également la juridiction. Celle-ci met aussi en cause le poids de la dette implicite du régime qui atteint 415 milliards de DH en 2019. Cette situation « continue de peser lourdement sur sa situation financière et rend la réforme systémique inéluctable ».

RCAR: Quant au régime général du Régime collectif d’allocations de retraite (RCAR), bien qu’il ne connaisse pas de problèmes de viabilité à court terme, le déficit technique (enregistré depuis 2004) se creusera davantage pour atteindre 53,6 milliards de DH sur l’horizon de projection des 60 années à venir, souligne également la CC. Ainsi, ce régime pourrait connaître son premier déficit à partir de 2028, alors que les réserves commenceront à baisser pour financer ses prestations. Sa dette implicite est estimée à 184 MMDH en 2019.

CNSS: Pour ce régime, les études actuarielles mettent en évidence un déficit technique du régime (branche long terme) dès 2029, et en l’absence de mesures de correction, les réserves seraient épuisées en 2046. Les engagements non couverts, sur une projection de 60 ans, par le régime de l’assurance sociale atteignant un montant actualisé à 364 milliards de DH.