×
Starting-blocks
Starting-blocks Par Mohamed Ali Mrabi
Le 25/11/2022

Au milieu de toute crise se trouve une grande opportunité. L’expression prend tout son sens avec l’énorme gisement de croissance qu’offre la filière de l’... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

La demande intérieure en net ralentissement

Par L'Economiste| Le 30/09/2022 - 09:47 | Partager
La demande intérieure en net ralentissement

La demande intérieure a affiché un net ralentissement à 2% au deuxième trimestre, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Cette demande a contribué pour 2,2 points à la croissance économique nationale au lieu de 11,3 points, précise le HCP dans une note d'information sur la situation économique nationale au T2-2022.

C'est ainsi que les dépenses de consommation finale des ménages ont connu un net repli de leur taux d'accroissement, passant de 13,6% au deuxième trimestre 2021 à 3,2%, avec une contribution à la croissance de 1,7 points, fait savoir la même source.

De son côté, la consommation finale des administrations publiques a affiché une hausse de 6,7%, avec une contribution à la croissance de 1,3 point.

En revanche, l'investissement brut (formation brute de capital fixe ; variation des stocks et acquisition nette d’objets de valeurs) a accusé une baisse de 2,4%, avec une contribution négative à la croissance de 0,8 point. Ces comptes nationaux font aussi état d'une forte hausse des exportations et des importations en volume. C'est ainsi que les exportations de biens et services ont augmenté de 36,4%, avec une contribution à la croissance de 11,8 points.

De leur côté, les importations ont affiché une hausse de 28,7%, avec une contribution négative à la croissance de 12 points.

Dans ce cadre, les échanges extérieurs de biens et services ont dégagé une contribution négative à la croissance, se situant à 0,2 point au lieu d'une contribution positive de 2,9 points durant le T2-2021.