×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    La Belgique va rapatrier de Syrie six orphelins de jihadistes

    Par L'Economiste| Le 14/06/2019 - 10:57 | Partager
    La Belgique va rapatrier de Syrie six orphelins de jihadistes

    La Belgique va rapatrier depuis des camps sous contrôle kurde en Syrie six enfants et adolescents belges de jihadistes désormais orphelins, a annoncé jeudi le ministre belge des Finances et de la Coopération au développement, Alexander De Croo. C'est la première fois que l'Etat belge organise un tel rapatriement.

    Depuis 2017, le gouvernement assurait être prêt à "faciliter" le retour des enfants de moins de dix ans dont la filiation belge était prouvée. Mais fin 2018 il avait contesté une décision de justice lui ordonnant de tout mettre en oeuvre pour faire revenir six enfants (tous âgés de moins de six ans) avec leurs deux mères. Et jusque là, les retours d'enfants, au compte-gouttes, ne se faisaient que grâce à des initiatives isolées des familles. La décision de rapatrier six enfants et adolescents, tous orphelins "sans aucun soutien" dans le nord-est syrien, a été prise mercredi lors d'un conseil des ministres restreint à Bruxelles, a précisé Alexander De Croo. Ces retours s'appuient sur les efforts d'une mission humanitaire belge --conduite sur place notamment par l'association Child Focus et le Délégué général aux droits de l'enfant-- pour identifier les enfants les plus en danger.

    Le retour prévu en Belgique dans les heures ou les jours à venir concerne quatre garçons et deux filles, âgés de 6 à 18 ans, selon la chaîne francophone RTBF. "Ce sont des enfants qui sont nés dans notre pays et qui aujourd'hui n'ont plus de parents", a dit De Croo, soulignant que la France, les Pays-Bas ou la Norvège avaient pris récemment des décisions similaires. "Ils sont seuls dans ces camps, (...) n'ont plus aucun soutien. Il n'est pas question de reprendre les parents qui ont choisi de faire partie de groupes terroristes. Mais ces enfants n'ont pas fait de choix", a justifié le ministre.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc