×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • Flash

    France: Trois nouveaux départements confinés

    Par L'Economiste| Le 26/03/2021 - 09:54 | Partager
    France: Trois nouveaux départements confinés

    Face à une flambée de cas de contamination au Coronavirus de plus en plus incontrôlable qui met sous pression le système hospitalier, le gouvernement français a décidé, jeudi, d'étendre "les mesures de freinage" à trois autres départements.

    Le Rhône, la Nièvre et l'Aube rejoignent ainsi les 16 départements soumis depuis samedi à des mesures restrictives comme la fermeture de certains commerces ou encore l'interdiction de se déplacer au-delà de 10 km sauf dérogation. Les nouvelles restrictions sanitaires dans ces trois départements entreront en vigueur à compter de vendredi à minuit, et ce pour quatre semaines, a annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran.

     La pression épidémique atteint des niveaux alarmants, la pression sanitaire se fait fortement sentir sur les hôpitaux et la médecine de ville, et la dynamique est forte", a alerté le ministre, qui a annoncé que de nouveaux départements vont être également placés en vigilance renforcée.

    "Plus de 45 000 Français ont été diagnostiqués au coronavirus ces dernières 24 heures", a indiqué le ministre, soulignant que "la situation est la plus préoccupante en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur". «La tendance est presque partout à l'accélération de l'épidémie" et "la pression hospitalière, déjà forte, va continuer de monter dans les prochains jours", a-t-il poursuivi, rappelant que "le profil des patients hospitalisés change : plus jeunes et parfois sans comorbidités". Quelque 408 malades sont entrés en réanimation en France lors des dernières 24 heures, portant le nombre total de malades admis dans les unités de soins intensifs à 4.709, selon les chiffres de Santé publique France publiés jeudi.

    Selon le ministre il est "trop tôt" pour mesurer l'efficacité des mesures prises jusqu’ici, affirmant que "si la situation devait s'aggraver", "nous serions amenés à nous demander s'il faut aller plus loin". Défendant la décision de l'exécutif de maintenir les écoles ouvertes malgré l'accélération de l'épidémie, le ministre de la Santé a affermi que le gouvernement réfléchit à des "protocoles sanitaires renforcés" pour les écoles. Il a de nouveau justifié le choix du gouvernement de ne pas imposer un confinement strict, affirmant que les contraintes devaient être ajustées selon les territoires et mettant en avant "l'acceptabilité" pour les Français, "épuisés de lutter sans relâche depuis un an". Le ministre de la Santé a également fait un point sur la campagne de vaccination contre le Covid-19, annonçant que plus de sept millions de Français ont reçu une première injection du vaccin. La campagne de vaccination "progresse à un rythme qui doit nous donner de l'espoir", s’est-il félicité, assurant que d’ « ici trois semaines, nous aurons vacciné plus de 10 millions de personnes". Le gouvernement a pour objectif de vacciner 30 millions de Français d’ici l’été.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc