×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Flash

Financement des entreprises : La troïka BAM-CGEM-GPBM liste de nouvelles pistes

Par L'Economiste| Le 18/04/2019 - 17:24 | Partager
Financement des entreprises : La troïka BAM-CGEM-GPBM liste de nouvelles pistes

Plus de trois ans après leur première réunion consacrée au financement des entreprises, Bank Al-Maghrib (BAM), la CGEM et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) ont tenu une nouvelle réunion ce jeudi pour dresser le bilan des actions engagées en faveur du financement des entreprises, en particulier des TPME.

Pour la troïka, cette rencontre a permis de faire le point sur les mesures mises en place, notamment la création et l’opérationnalisation de l’Observatoire de la TPME ainsi que le développement de produits bancaires et services non financiers destinés à ces entreprises.

La réunion a surtout permis de définir les actions à entreprendre pour améliorer l’environnement du crédit de ces entreprises. BAM, la CGEM et le GPBM ont en ce sens appelé à renforcer les mécanismes d’accompagnement et de proximité des entreprises mis en place par les banques et à développer les modes de financement comme l’affacturage, afin d’"alléger les contraintes induites par les délais de paiement".

Pour le financement des entreprises, Salaheddine Mezouar, Président de la CGEM recommande la création d’un comité de pilotage économique "Gouvernement-BAM-GPBM-CGEM" pour relancer l'économie ainsi qu'un comité technique constitué d’experts permanents chargé de la mise en œuvre de la Feuille de Route sous forme de plan d’actions avec des indicateurs de suivi mensuels.

Ce sujet constitue un souci permanent pour les entreprises, surtout pour les TPE. Ainsi, les trois demandent l’opérationnalisation de la loi et l’Observatoire sur les délais de paiement ainsi que l’amélioration de la relation banque-client. Figure également parmi les actions à mener, la mise en œuvre les leviers de la stratégie nationale d’inclusion financière et particulièrement ceux visant la TPE et la micro-entreprise.

À ce sujet, la troïka a appelé à accélérer le développement des modèles alternatifs de financement tels que la microfinance et le crowdfunding. Elle demande par ailleurs à lever les freins au développement des financements désintermédiés, notamment via le marché boursier, la dette privée et l’investissement en capital-risque.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc