×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Flash

Fès/ Tempête de grêle: Les assurances tournent le dos aux automobilistes !

Par L'Economiste| Le 02/07/2020 - 10:17 | Partager
Fès/ Tempête de grêle: Les assurances tournent le dos aux automobilistes !

Près d'un mois après la tempête de grêle qui avait occasionné d'importants dégâts matériels à Fès, le dédommagement des automobilistes tarde à venir. «Les assurances tournent le dos aux assurés. Pourtant, ces derniers ont bien souscrit une garantie "catastrophe naturelle" en janvier dernier», déplore un gros opérateur économique. Le parc véhicules de ce dernier a été fortement endommagé par l'orage du 6 juin 2020. «Mais, mes assurances ne veulent rien savoir tant que l'Etat n'aura pas reconnu cette tempête comme étant une catastrophe naturelle», déplore-t-il.

Comme lui, plusieurs personnes ont demandé un dédommagement ou une prise en charge de la réparation de leurs véhicules, mais en vain. La réponse des assurances aux assurés est sans recours: «pour bénéficier des indemnisations dans le cadre de cette garantie, il est nécessaire que le gouvernement déclare qu’un événement donné est un événement catastrophique par la publication au bulletin officiel d’un arrêté du chef du gouvernement dans un délai ne dépassant pas trois mois à compter de la date de sa survenance». Or, jusqu'à présent, le gouvernement n'a pas évoqué de catastrophe naturelle. Toutefois, les personnes sinistrés gardent espoir.

«L'exécutif pourrait encore réagir par voie d'arrêté, mais il ne faut pas que les délais soient dépassés», disent-ils. En plus, l’arrêté en question doit préciser la date et la durée de l’événement catastrophique ainsi que les zones sinistrées. Mais, cette disposition n’exempte pas l’assuré de déclarer à l’assureur tout sinistre susceptible de faire jouer la garantie contre les événements catastrophiques dès qu’il en a connaissance et au plus tard dans les 20 jours suivant la survenue du sinistre. L’assureur doit notifier au demandeur le montant de l’indemnisation ou de l’avance dans un délai de 60 jours suivant la réception de la demande d’indemnisation. Ce délai commence à partir de la date de déclaration de la survenance de l’événement quand la demande de l’assuré précède la publication de l’arrêté du chef du gouvernement. L’assuré doit notifier son accord ou son refus à l’assureur dans un délai de 30 jours. En cas d’accord, l’assureur doit verser l’indemnité ou l’avance dans un délai de 21 jours... Affaire à suivre.

Y.S.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc