×
L’Afrique se réveille
L’Afrique se réveille Par Mohamed CHAOUI
Le 30/01/2023

De plus en plus de pays réclament à la France de quitter leurs territoires. Hier, c’était le Mali, aujourd’hui, le Burkina Faso. Demain, d’autres... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter

Fès: Des médecins débattent sur la maladie de l'endométriose

Par L'Economiste| Le 26/11/2022 - 09:28 | Partager
Fès: Des médecins débattement sur la maladie de l

La Société Marocaine d'Endométriose et de Médecine de la Reproduction (MSERM) a organisé son premier congrès international à Fès.

L'événement de quatre jours a connu la participation de plusieurs orateurs internationaux venant de 24 pays dont notamment (Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne, Canada, Italie, Inde, Belgique, Malaisie, Turquie, France, Egypte, Mexique....). Il a été l’occasion d’échanger le savoir et les expériences avec de nombreuses sociétés savantes, avec comme objectif d'améliorer la prise en charge diagnostique et thérapeutique de l'endométriose. "Notre principal objectif est de faire connaître cette maladie auprès de tous les médecins généralistes et spécialistes et également auprès des femmes qui en souffrent et qui ne le savent pas, pour une meilleure identification et un développement de la conscience du public envers cette pathologie qui peut être traitée", indique Dr Mohammed Zarqaoui, président de MSERM.

Selon lui, cette maladie est très fréquente. Elle touche 1 femme sur 10 dans le monde et elle est due à la présence de tissu semblable à la muqueuse utérine en dehors de l'utérus. Elle reste à ce jour peu diagnostiquée puisqu’il faut 8 à 10 ans en moyenne pour poser le diagnostic d’une endométriose à travers le monde. Des délais inacceptables particulièrement pour les femmes en phase de procréation qui souffrent de douleurs et de retard pour tomber enceintes. Par exemple, aux Etats-Unis il faut 10 ans pour poser le diagnostic et 8 ans en France. Cette maladie se manifeste très souvent par des douleurs fortes pendant les règles et une infertilité des couples en phases de procréation. Une fois diagnostiquée, et selon le stade de l'évolution de la maladie, la prise en charge thérapeutique peut être assurée soit par la prescription des traitements médicaux qui peuvent réduire les douleurs et améliorer la qualité de vie, ou à travers la chirurgie qui permet de retirer les lésions de façon efficace.

Ces traitements permettent de maitriser les répercussions de la maladie sur le quotidien de ces femmes et d'améliorer la qualité de vie des couples. Au-delà du caractère scientifique lié à ce congrès de portée internationale, le comité d'organisation a choisi Fès, la capitale spirituelle du Maroc  pour accueillir cet évènement afin de contribuer à la promotion de la ville et la valorisation de son patrimoine culturel, ses actifs touristiques et son art culinaire, et cela à travers l'organisation de diners de gala au niveau des Palais et Riads de la médina, l'organisation des visites guidées à la médina, l'exposition des produits de terroirs adjacente à l'espace de conférence…etc. « En tant que médecin ce qui me marque le plus avec le traitement de cette maladie ce sont les expressions de bonheur retrouvées par ces patientes et c’est encourageant pour aller plus loin afin d’assurer un meilleur traitement et une meilleure prise en charge. », souligne Dr Zarqaoui.

Notons enfin que l'association qu'il préside a été créée il y a deux ans afin de combler un manque d’intérêt pour une pathologie si fréquente mais en mal de diagnostic (l’endométriose). Cette société scientifique regroupe des experts internationaux en médecine, en chirurgie, en biologie et en génétique, qui œuvrent en collaboration étroite avec les médecins Marocains pour la promotion de la recherche scientifique et la formation dans le domaine de l'endométriose et la médecine reproductive.

Y.S.A