×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

Flash

Environnement des affaires: Ce que demande Chakib Alj

Par L'Economiste| Le 05/05/2021 - 12:53 | Partager
Environnement des affaires: Ce que demande Chakib Alj

Le président de la CGEM, Chakij Alj, a appelé, mercredi, à l’amélioration de l’environnement des affaires, "afin de positionner le Maroc comme un hub d’investissement de référence, régional, continental et international".

En marge de la réunion du Comité national de l’environnement des affaires (CNEA), Chakib Alj a mis l’accent sur la nécessité d’améliorer les coûts des facteurs de production, en particulier celui du foncier et de l’énergie, "qui constituent des contraintes pour l’investisseur". "Nous estimons que la mise en place de plateformes de location à proximité des pôles économiques constitue une véritable solution pour remédier au coût élevé du foncier, tout comme l’équipement de zones industrielles et logistiques spécialisées", affirme Alj.

Le patron de la CGEM a également insisté sur l’adoption de la loi sur l’autoproduction en énergie, et sur l’investissement privé dans l’énergie verte, mettant en avant la nécessite de mettre en place une fiscalité verte et des financements dédiés. Concernant le financement, Alj réclame mise en place de nouveaux leviers comme les dettes mezzanines, les fonds de soutien ou encore des prises de participation, à travers le marché des capitaux. À ce sujet, le patronat demande l’accélération de la mise en place des circulaires d’application de la loi relative au crowdfunding. Pour ce qui est de la commande publique, le président de la CGEM estime qu’elle "doit jouer son rôle de levier stratégique de développement économique et social".

Dans ce domaine, le patronat appelle à "renforcer la visibilité sur les marchés publics et avoir une démarche plus inclusive des TPME, notamment en région". Concernant le capital humain, la CGEM souhaite l’intégration de la loi sur la formation continue dans le corps du projet de loi sur la formation professionnelle, "en apportant à ce dernier les ajustements nécessaires pour faciliter, au plus grand nombre d’entreprises, l’accès à la formation continue". Parmi les avancées réclamées figure aussi l’adaptation du Code du travail aux réalités du marché, "notamment en établissant une flexibilité responsable afin d’encourager les entreprises à créer de l’emploi de qualité".

En outre, la CGEM demande l’introduction dans les circuits d’approbation du projet de loi concernant l’application du droit de grève. Enfin, sur le e-gov, le patronat demande à dupliquer le travail du fisc afin d’assurer in fine l’inter-opérabilité entre les différentes administrations.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc