×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Flash

Eau de Sidi Harazem: La psychose ?

Par L'Economiste| Le 13/11/2019 - 07:07 | Partager
Eau de Sidi Harazem: La psychose ?

Il n’en fallait pas plus pour voir s’installer une véritable psychose dans la petite bourgade de Sidi Harazem. Depuis la publication d’articles de presse au sujet d’eau en bouteille contaminée, les visiteurs se font de plus en plus rares. "Quoique l’entreprise a rapidement communiqué sur la non-conformité relevée sur ses eaux ainsi que les mesures pour y remédier, lorsqu’il s’agit d’un problème touchant à la santé, les consommateurs deviennent de plus en plus frileux. Pire encore, certains boudent le produit", déplore un habitué de la station Sidi Harazem (12km de Fès).

"Nous craignons que les eaux de la station soient altérées par les infiltrations de la décharge publique, située à quelques kilomètres de Sidi Harazem", ajoute un autre. Signalons à ce titre que la société gestionnaire de la décharge, Ecomed, a, à plusieurs reprises, affirmé que "la décharge ne présente aucun danger sur la qualité des eaux de Sidi Harazem".

De son côté, la société Sidi Harazem a certes avoué une "non-conformité" de 3 lots mis en bouteille dans une nouvelle chaîne de production opérationnelle depuis août dernier. "Ces lots ont été retirés du marché et détruits, en accord avec le ministère de la Santé".

Y.S.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc