×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • Flash

    Détérioration de la situation financière: Les femmes plus touchées durant le Covid19

    Par L'Economiste| Le 24/02/2021 - 12:26 | Partager
    Détérioration de la situation financière: Les femmes plus touchées durant le Covid19

    Les femmes travaillant dans les hammams protestent pour reprendre leur travail-CP: A. Jarfi

    La situation financière des femmes s’est détériorée lors de la crise sanitaire en raison de leur situation vulnérable sur le marché de travail, souligne une nouvelle enquête du HCP et d’ONU Femmes sur les impacts de la pandémie de Covid19. "Globalement et au moment de la crise, les ménages dirigés par les femmes déclarent les salaires comme source principale de revenus.

    Ils représentent ainsi 18% du nombre total des ménages ayant à leur tête une femme contre 25,5% chez ceux dirigés par les hommes", note le HCP. Les femmes sont d’ailleurs les plus vulnérables en raison des postes qu’elles occupent. Elles sont ainsi les premières à être "sacrifiées" et sont "plus facilement licenciées", expliquent les auteurs de l’enquête. Cette catégorie reste aussi celle qui a plus de mal à compter sur un autre revenu en période de crise. "Les hommes sont plus nombreux à déclarer puiser dans leur épargne pour faire face à leurs dépenses (26% et 16% pour les femmes)".

    Cette différence s’explique par le fait que les femmes exercent globalement des activités dans des secteurs à faible rendement "qui ne leur permettent pas de constituer un coussin de sécurité", précise le HCP. Concernant l’accès aux aides financières, une différence a également été relevée: les aides sont moins bien parvenues aux ménages dirigés par des femmes qu’à ceux dirigés par des hommes. Cet écart s’explique par la qualité différenciée des emplois occupés avant la crise.

    Ainsi, les chefs de ménages femmes qui étaient au chômage et qui ont subi des pertes d’emploi dans leur ménage sont moins nombreuses à déclarer avoir bénéficié de l’aide (16%) comparé aux chefs de ménages hommes (21%).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc