×
Erreurs de casting
Erreurs de casting Par Ahlam NAZIH
Le 28/09/2022

Parmi les annonces de la rentrée universitaire, deux grandes nouvelles: un record de 2.350 recrutements pour les universités en 2023, et la fin des... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Des ONG s’insurgent contre les ventes d’armes françaises au Moyen-Orient

Par L'Economiste| Le 04/07/2018 - 12:38 | Partager
Des ONG s’insurgent contre les ventes d’armes françaises au Moyen-Orient

Elles dénoncent fermement la poursuite des ventes d’armement français à destination de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Deux ONG ainsi qu’Amnesty International, dénoncent la poursuite des ventes d’armes au Moyen-Orient, accusant la France de violer le droit humanitaire au Yémen, après la publication du rapport sur les exportations de matériel militaire en 2017.

D’après ce rapport, présenté au Parlement français, le Proche et Moyen-Orient ont représenté l’an dernier quelque 60% des commandes de systèmes d’armement français, soit 3,9 milliards d’euros sur un total de 6,9 milliards d’euros. Les principaux acheteurs sont le Koweït (1,1 milliard d’euros), le Qatar (1,08 milliard), les Émirats (701 millions d’euros) et de l’Arabie saoudite (626 millions). Les livraisons d’armement français dans cette région se sont élevées sur la période à 3,4 milliards d’euros, soit plus de la moitié du montant total livré dans le monde (6,7 milliards d’euros).

Selon Amnesty, l’ONG ACAT et l’Observatoire des armements (Obsarm), la France a livré en 2017 pour plus de 1,38 milliard d’euros de matériels de guerre à l’Arabie saoudite, "bien plus qu’en 2015 ou 2016". Riyad est d’ailleurs le "deuxième client de la France en termes de livraison en 2017 malgré les violations du droit humanitaire par la coalition en conflit au Yémen".