×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Flash

Déficit budgétaire: La situation à fin septembre

Par L'Economiste| Le 16/10/2020 - 08:46 | Partager
Déficit budgétaire: La situation à fin septembre

Selon la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT), publiée par le ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration, à fin septembre 2020, le déficit budgétaire s'est établi à 42,8 milliards de dirhams (MMDH), contre 28,5 MMDH à la même date de l'année dernière. Par rapport au mois d'août, ce déficit est en amélioration de 3,7 MMDH, résultant principalement de l'amélioration du solde ordinaire (+6,7 MMDH par rapport à août 2020).

Si l'on exclut l’excédent enregistré par le Fonds spécial de gestion de la pandémie Covid-19, le déficit s’élève à près de 50,8 MMDH, en aggravation de près de 22,3 MMDH par rapport à la même période de 2019, fait observer le ministère, notant que l’évolution des recettes et dépenses ordinaires fait ressortir un solde ordinaire négatif de près de 9,3 MMDH, contre 16 MMDH à fin août, traduisant une amélioration de la couverture des dépenses ordinaires par les recettes ordinaires. Comparativement aux prévisions de la loi de finances rectificative 2020, le taux de réalisation des recettes ordinaires, sur une base nette des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, s’est situé à 74,7%, contre 73,8% un an auparavant.

Par rapport à la même période de l’année 2019, ces recettes ont enregistré une baisse de 15,3 MMDH, dont 11,6 MMDH au titre des recettes fiscales et 3,5 MMDH au titre des recettes non fiscales. Le ministère souligne en outre que les dépenses ordinaires ont enregistré un taux d’exécution de 73,9% par rapport aux prévisions de la loi de finances rectificative et se sont inscrites en hausse de près de 9,3 MMDH (+5,6 %) par rapport à la même période de l’année 2019. Concernant les dépenses d’investissement, les émissions se sont situées à 43,9 MMDH, soit un taux de réalisation de 62% par rapport aux prévisions de la LFR et une baisse de 6,7% (-3,1 MMDH) par rapport à la même période de 2019, ajoute le ministère, expliquant cette évolution principalement par la baisse des dépenses au titre des budgets ministériels.

Quant aux comptes spéciaux du Trésor, ils ont dégagé un excédent de 10,4 MMDH, contre 3,2 MMDH un an auparavant. Cette hausse s’explique principalement par l’excédent de 8 MMDH dégagé par le Fonds spécial de gestion de la pandémie Covid-19, les autres comptes spéciaux du Trésor ayant enregistré globalement un flux positif de 2,4 MMDH, contre 3,2 MMDH à fin septembre2019 L’exécution de la loi de finances à fin septembre 2020 est intervenue, depuis le mois de juin, dans un contexte caractérisé par la levée progressive du confinement et l’apparition, en conséquence, de signes de reprise dans certains secteurs d’activité économique.

Elle reflète également l’impact des mesures adoptées par le Comité de veille économique pour contrer les effets socioéconomiques de la pandémie Covid-19.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc