×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Flash

    Dans le monde, 49 journalistes tués en 2019

    Par L'Economiste| Le 17/12/2019 - 11:26 | Partager
    Dans le monde, 49 journalistes tués en 2019

    Quarante-neuf journalistes ont été tués dans le monde en 2019, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF), qui souligne que "même si le journalisme demeure un métier dangereux, le nombre de tués n'a jamais été aussi bas depuis 16 ans".

    Dans son bilan annuel des exactions commises contre les journalistes dans le monde, RSF indique que 49 journalistes ont été tués, 389 sont actuellement en détention et 57 sont otages. Selon l'Organisation internationale « jamais le nombre de journalistes tués n’avait été aussi peu élevé depuis 2003 ». « Ce chiffre "historiquement bas", en comparaison avec la moyenne de 80 morts enregistrée ces deux dernières décennies, traduit essentiellement la baisse du nombre de journalistes tués sur les terrains de conflits armés », notamment au Yémen, en Syrie et en Afghanistan, explique RSF.

    Ainsi, la couverture des conflits en Syrie, au Yémen, en Afghanistan s’est ainsi avérée deux fois moins meurtrière pour les journalistes : 17 journalistes ont été tués dans l’ensemble de ces trois pays en 2019, contre 34 l’année précédente, indique RSF dans son bilan.

    Toutefois, a tenu à souligner l’Organisation internationale, « cette baisse inédite ne saurait occulter une réalité qui perdure : le nombre de journalistes tués dans les pays dits “en paix” reste aussi élevé d’une année sur l’autre ».

    Ainsi, le Mexique compte, comme l’année dernière, 10 journalistes tués. Plus largement, l’Amérique latine, avec un total de 14 tués sur l’ensemble du continent, est devenue une zone aussi meurtrière pour les journalistes que le Moyen-Orient meurtri par ses conflits fratricides. « Cette double tendance (des lignes de front moins meurtrières et des pays en paix toujours aussi dangereux) a une conséquence : il y a désormais proportionnellement plus de morts dans les pays en paix (59%) que dans les zones de conflit et une hausse de 2% du nombre de journalistes assassinés ou sciemment visés », regrette RSF.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc