×
Profil bas
Profil bas Par Mohamed CHAOUI
Le 03/10/2022

Les élections partielles de jeudi dernier dans 4 villes se sont déroulées sans tapage au niveau national. Les résultats ne sont pas favorables à la majorité. Ce qui... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Crise sanitaire : Bayer récompense ses acteurs sociaux

Par L'Economiste| Le 02/12/2021 - 15:28 | Partager
Crise sanitaire : Bayer récompense ses acteurs sociaux

Valoriser et mettre en exergue le travail fourni par les associations et ONG africaines pour porter secours aux populations du continent fragilisées par la crise sanitaire.

C’est dans cette optique que le groupe Bayer vient récemment d’organiser une importante cérémonie de consécration. Une manifestation au cours de laquelle plus d’une dizaine de ses partenaires associatifs et près d’une quinzaine d’associations ont été gratifiées, parmi lesquels Tibu Maroc, SOS Village d’Enfants Maroc, la Fondation des Cultures du Monde, l’association Nagham ou, encore, La Fondation du Sud. Des acteurs installés au Maroc, en Tunisie, en Algérie ou encore en Côte d’Ivoire faisant partie intégrante de sa stratégie d’innovation sociale et au profit desquels l’entité a déployé la bagatelle de 700.000 euros.

Implanté au Maroc depuis 1960, Bayer a octroyé durant l’année 2020 pas moins de 3,6 millions de DH de dons monétaires et médicamenteux. Objectif : contrer les retombées socio-économique de la pandémie dans le monde et particulièrement en Afrique du Nord.

Le groupe agro-pharmaceutique vise à atteindre d’ici 2030 les objectifs de développement durable de l’ONU, projetant notamment de desservir plus de 100 millions d’habitants de régions reculées en produits de santé à usage quotidien mais, également, de contrôler les naissances de plus de 100 millions de femmes issues de pays à faibles revenus.

K.A.