×
«Tounés»
«Tounés» Par Abouammar Tafnout
Le 12/08/2022

Ce fût un temps où on nous chantait les louanges du «modèle tunisien», qui allait montrer l’exemple et démocratiser ce que l’administration américaine appelle zone Mena... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Apebi: Dans les coulisses des élections

Par L'Economiste| Le 07/07/2022 - 12:24 | Partager
Apebi: Dans les coulisses des élections

- Des membres dénoncent la déferlante des adhésions de start up pour "conditionner" le vote

- Les enjeux d'un scrutin pas comme les autres

La Fédération des Technologies de l'information, des Télécoms et de l'Offshoring (Apebi) néogcie un virage décisif. A l'heure où nous mettions sous presse, l'Apebi tenait son assemblée générale ordinaire élective pour le mandat 2022-2024. "Le scrutin d'aujourd'hui 7 juillet représente des enjeux majeurs pour l'avenir de la Fédération", confirme un ancien membre dirigeant de l'Apebi.

Selon nos sources, "il y a de la tension dans les coulisses et un climat de défiance inquiétant. Le déficit de confiance et de sérénité vient du fait que des membres redoutent que l'on reconduise les mêmes méthodes contestées, au risque de faire imploser la corporation... L'équipe sortante veut forcer le passage et se maintenir avec un binôme qui ne fait pas le poids". Pour rappel, le binôme présidentiel sortant n'a pas souhaité rempiler pour un second mandat. De sources concordantes, le Conseil des Sages de l'Apebi a clairement signifié au tandem sortant qu'il n'est pas souhaitable qu'il soit reconduit. "Les Sages avaient un peu forcé la non reconduction", témoignent nos sources.

 Autre constat et non des moindres: "Une déferlante d'adhésions de start-up pour faire pencher la balance en faveur du clan sortant... au risque qu'ils soit le game maker (traduisez: le meneur du jeu) de l'avenir de l'Apebi".

Pour l'heure, la Fédération recense plus de 70 jeunes pousses, soit une pléthore de voix qui risquent de changer le sort du scrutin. "Si l'on continue à recruter à tour de bras des jeunes pousses, l'Apebi deviendra l'association par excellence des start up au Maroc", ironise un autre membre.

Résultat: l'Apebi est en train de niveler par le bas avec des adhésions massives et à la louche de start-up qui réalisent à peine 10.000 DH de chiffre d'affaires et ce, aux côtés d'entreprises structurées, des fleurons de TPE et PME, des Telcos (opérateurs télécoms) ou encore des firmes qui pèsent pour 5 milliards de DH de CA! Une chose est sûre, les grandes entreprises et les PME membres affichent des signes d'inquiétudes face à cette déferlante. D'autant plus que les enjeux des start up ne sont pas forcément les mêmes que ceux des TPE et PME.

Who's who ?

election_apebi_.jpg

Pour le mandat 2022-2024, l'Apebi n'a finalement validé que la candidature de deux binômes. Il s'agit de  Mohcine Benachir (CEO de Prestige Informatique) avec son colistier Tibari Jlil (CEO de Beamtel). L'autre binôme est composé de Rédouane El Haloui (CEO de RED TEC) avec Abdelkarim Mazouzi (CEO de DBM) en tant que colistier. De sources concordantes, le dernier binôme est coopté par la présidence et vice-présidence générale sortantes: "L'équipe dirigeante actuelle veut se maintenir autrement à travers ce tandem".

Amin RBOUB