×
+ L'ÉDITO
Par Radia LAHLOU
Le 28/01/2022
Génie

Alléger le poids des cartables, mais bien remplir les têtes. La tâche de Benmoussa, ministre de l’...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

AMO et Budgétisation sensible au genre: L’AFD accorde plus de 2 milliards de DH au Maroc

Par L'Economiste| Le 07/12/2021 - 14:26 | Partager
AMO et Budgétisation sensible au genre: L’AFD accorde plus de 2 milliards de DH au Maroc

Un financement de plus de 2 milliards de DH sera dédié à l’Assurance maladie obligatoire (AMO) et à la budgétisation sensible au genre (BSG).

Un accord a été conclu en ce sens, ce mardi, par le DG de l’Agence française de développement (AFD), Mihoub Mezouaghi, le ministre chargé du Budget, Faouzi Lekjaâ, et le ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, en présence de l’ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal. Le 1er financement d’un montant de 150 millions d’euros (1,5 milliard de DH) permettra d’accompagner le Maroc vers la généralisation de l’AMO et le renforcement de son système de santé. Il s’inscrit en soutien à la réforme de la protection sociale portée par la loi 09-21. L’objectif est de contribuer à la réduction des inégalités dans l’accès aux soins de santé en accompagnant l’intégration de 22 millions de personnes supplémentaires dans le régime d’AMO, en vue d’atteindre la couverture sanitaire universelle. Il soutiendra également le renforcement de l’offre de soins et via des dispositifs spécifiques (parcours coordonné de soins, outils de e-santé) dans deux régions du Royaume.

Une subvention de 4 millions d’euros accompagne ce prêt, qui permettra de mobiliser une expertise française reconnue en soutien aux acteurs de la réforme, via Expertise France (agence publique française de coopération technique, groupe AFD).

Le second financement, d’un montant de 50 millions d’euros, permettra de réduire les inégalités entre les femmes et les hommes à travers l’institutionnalisation et l’opérationnalisation de la BSG dans le cadre de l’élaboration et de la mise en œuvre du budget de l’Etat. Il s’inscrit dans la continuité d’un financement de 100 millions d’euros signé en 2019.