×
«Tounés»
«Tounés» Par Abouammar Tafnout
Le 12/08/2022

Ce fût un temps où on nous chantait les louanges du «modèle tunisien», qui allait montrer l’exemple et démocratiser ce que l’administration américaine appelle zone Mena... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Aménagement du littoral: Plus de 8 sondés sur 10 insatisfaits

Par L'Economiste| Le 29/06/2022 - 14:30 | Partager
Aménagement du littoral: Plus de 8 sondés sur 10 insatisfaits

L'état d'aménagement du littoral national a fait l'objet d'un sondage du Conseil économique, social et environnemental (CESE) dont les résultats montrent un besoin de changement. Selon le sondage réalisé du 11 au 24 mai dernier, 85% des sondés sont insatisfaits de l'état d’aménagement et d’urbanisation du littoral. L'instance a sollicité la contribution des citoyen(ne)s à travers sa plateforme "ouchariko.ma", et ce, dans le cadre de l’élaboration de son avis sur l’aménagement et l’urbanisation durables du littoral.

« Les résultats du sondage montrent qu’une grande majorité des participants (85%) est insatisfaite de l’état d’aménagement et d’urbanisation du littoral national, alors que le pourcentage de ceux qui en sont satisfaits ne dépasse pas 11% », précise le Conseil.

Selon la même source, 26% estiment que l’incohérence des politiques publiques est un facteur de dysfonctionnement au niveau de l’urbanisation des zones côtières. Pour les participants à ce sondage, il existe quatre principaux facteurs qui expliquent les dysfonctionnements au niveau de l’urbanisation des zones côtières. Il s’agit respectivement de l’incohérence des politiques publiques (26%), du mode de gouvernance et de la multiplicité des acteurs intervenants sur le littoral (26%), de l’ineffectivité des documents d’urbanisme (23%) et de la problématique du foncier (18%).