×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Faux-semblant

Par L'Economiste| Edition N°:2369 Le 26/09/2006 | Partager

Dans son rapport publié au Bulletin officiel du 7 septembre, au début du chapitre II de la première partie, la Cour des comptes écrit: «Les missions initiées ont mobilisé la quasi-totalité des compétences de la Cour des comptes et se sont déroulées dans le respect scrupuleux des normes déontologiques et professionnelles». Ça alors! Il n’aurait plus manqué que la Cour des comptes agisse autrement!Mais ce n’est qu’un échantillon, le plus anodin dans tout ce texte de 75 pages. Il faut avoir un solide sens de l’humour pour ne pas se mettre en colère à la lecture du rapport.Non seulement, comme nous l’avons déjà souligné dans ces colonnes, le rapport s’occupe d’actes publics antédiluviens (1999-2000), mais en plus il s’en occupe en se moquant ouvertement des attentes du citoyen, du contribuable et du gestionnaire des fonds publics. Car, en vérité, à quoi sert une cour des comptes? A améliorer la gestion publique. Personne ne peut rien apprendre de ce rapport tant la Cour y manie langue de bois et le faux-semblant. Elle le fait à un tel niveau que l’on a du mal à croire ce qu’on lit: quand il ose s’aventurer dans le domaine des observations issues des contrôles, le rapport se contente d’une liste standardisée de défauts génériques. Deux exemples parmi d’autres: «imprécision des compétences et chevauchement des attributions entre différents intervenants…»; «passation abusive d’avenants par rapport au marché de base…». Qui est concerné? Qui chevauche quoi? Qui a passé quel avenant, dans quel marché? Pourquoi l’a-t-il fait? Où cela a-t-il été noté? Quelles en sont les conséquences? Rien, pas le début d’une réponse qui puisse servir à quelqu’un pour améliorer la gestion des finances publiques. Il n’y a pas de raison de penser que la Cour mente: elle a certainement fait les contrôles dont elle parle. Mais elle manque totalement à sa mission, car personne ne peut tirer le moindre bénéfice de son travail. Il ne reste plus qu’à la présenter au parquet pour gabegie.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc