×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Faramineux gaspillages

Par L'Economiste| Edition N°:4670 Le 17/12/2015 | Partager

Opération très difficile pour Maghreb Steel: allonger les délais de remboursement d’une dette qui pèse plus de deux fois le CA annuel. Cette configuration extravagante survient après deux années de protection. Ce soutien a été octroyé par le gouvernement Benkirane en 2013 et ce, contre trois très  grands producteurs  de l’Union européenne.  Ce travail-là a été transparent, comme l’exige la procédure. Néanmoins, aujourd’hui, le coût de la protection est corsé. Non seulement la situation a empiré au lieu de se redresser,  mais, par-dessus tout,  le marché local n’a pas pu profiter des baisses de prix historiques  sur le marché mondial.
En ce moment aussi, Sheikh Al Amoudi de la Samir tente de négocier ses dettes douanières. Pourtant, il a bel et bien vendu les produits raffinés, taxe douanière comprise. Le gouvernement Benkirane I s’était silencieusement (secrètement?) fourvoyé pour 13 milliards de DH, ce qui fait presque  la moitié du budget de l’Education nationale, quand même.
Ce ne sont là que deux des affaires les plus connues du public.
Si elles sont astucieuses pour évacuer leur responsabilité politique, les équipes de Benkirane  ne sont pas douées pour la politique économique: deux gros dossiers, deux gros loupés.
Certes, depuis 7-8 ans, il y a un  profond changement dans le fonctionnement  du commerce mondial. Sauf qu’aucun gouvernement, nulle part dans le monde, n’est autorisé à plaider l’ignorance ou l’incompétence.
 Il est donc très urgent de remettre à niveau les capacités d’analyse et d’anticipation économiques gouvernementales, et encore plus urgent d’arrêter cette malédiction qui fait qu’on prend mille et une sûretés pour un petit investissement public mais pas la moindre précaution pour les plus faramineux gaspillages.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc