×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Facilité

    Par L'Economiste| Edition N°:1845 Le 02/09/2004 | Partager

    Après les routiers et les taximen, ce sera peut-être bientôt le tour des ambulances, des bus, des autocars…Il fallait s'y attendre, les différentes corporations se manifestent les unes après les autres, pour annoncer leur intention de répercuter la hausse des prix des carburants. Les groupements prennent le soin d'accompagner leur projet de larges campagnes médiatiques, comme s'ils prenaient l'opinion publique à témoin sur ce qu'ils considèrent comme des mesures inévitables. Dans le fond, le fait que des entreprises ajustent leurs coûts de production en fonction de la conjoncture peut sembler logique. C'est l'essence même de l'économie libérale. Maintenant, concernant les moyens pour atteindre cet objectif, les avis peuvent diverger. Les consommateurs finaux, dont font d'ailleurs partie d'autres entreprises, peuvent considérer, à juste titre, qu'on n'a pas à leur faire porter le chapeau. Aujourd'hui, les transporteurs via une démarche hésitante donnent l'impression de vouloir profiter d'une situation de ni-ni juridique (ni encadrement, ni liberté des prix) pour répercuter la hausse des prix des carburants sur le dernier maillon de la chaîne. Il ne faut pas non plus que certains se gargarisent de leur statut de groupement pour sous-traiter les manques à gagner lorsqu'ils surviennent. Avant d'en arriver là, la logique aurait voulu que ces corporations fassent jouer leurs réseaux ou lobbying auprès du Parlement pour demander des mesures compensatoires (allègement de la fiscalité, des charges sociales…).Certes, le résultat sera toujours le même: l'argent, il faudra bien le trouver quelque part. Et généralement, lorsque le gouvernement accorde des carottes, il nous les fait supporter d'une manière ou d'une autre. Mais là, au moins, les routiers n'auront pas opté pour la solution de facilité. Mohamed BENABID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc