×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Elites

Par L'Economiste| Edition N°:3938 Le 27/12/2012 | Partager

L'Union socialiste des forces populaires a tenu son congrès, et après un scrutin à deux tours, Driss Lachgar a  été élu premier secrétaire, à une large majorité.
Ceci est un fait démocratique incontestable.
Malheureusement, après l’élection, des voix se sont élevées à l’intérieur du parti. Elles contestaient le choix des congressistes: elles reprochent au nouveau premier secrétaire sa popularité,  son populisme et sa capacité manœuvrière.
C’est une incongruité significative du divorce qui s’était installée, dans l’USFP, entre certaines de ses élites et les troupes.
Cette formation politique a certes perdu de son crédit électoral. Mais elle demeure importante sur l’échiquier politique, par les idées qu’elle véhicule, par ses compétences en matière de gestion des affaires publiques et par ses aspirations intellectuelles et culturelles.
Le Mouvement du 20 février puis le Discours royal annonçant les discussions constitutionnelles, et évidemment la Constitution elle-même ont changé la vie politique. Les règles d’aujourd’hui exigent de nouveaux profils. Benkirane est devenu le chef de gouvernement.  Le syndicaliste Hamid Chabat dirige l’Istiqlal: chacun a pu voir la révolution vécue par ce parti très bourgeois.
Il était logique que l’USFP entre dans le même processus de renouvellement, sous peine de disparaître.
La classe politique a désormais en charge le devoir de s’adresser aux électeurs et de refléter leurs attentes. La légitimité se trouve désormais chez eux. Par rapport au système de légitimation ancien, c’est une révolution qui n’a pas dit son nom. Cela, les contestataires au sein de l’USFP doivent le comprendre, comme ceux de l’Istiqlal l’ont compris.
Si ce tournant fondamental n’est pas pris, au mieux ils casseront leur carrière politique, au pire ils casseront le parti avec. Mais ils ne peuvent plus avoir raison au regard des changements historiques que le Maroc est en train d’effectuer.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc