×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Electeurs

Par L'Economiste| Edition N°:4604 Le 09/09/2015 | Partager

On se frotte les yeux et on se re-frotte les yeux: des statistiques sur les régions sont publiées, trois jours après les élections locales et régionales! Comment peut-on à ce point manquer du sens de l’intérêt collectif et des attentes du public?
Comment, alors, ne pas écouter les mauvaises langues affirmant que c’est volontairement que le HCP et le gouvernement ont tenu les statistiques secrètes?  Les plus mauvaises de ces mauvaises langues auront beau ajouter que cette diffusion tardive a servi les intérêts des «amis» pour améliorer leur campagne électorale.
L’administration étant ce qu’elle est, en bien et en mal, on peut être à peu près sûr qu’il ne s’agit pas d’une manipulation sophistiquée destinée à donner des avantages aux uns sur les autres. Dans le cas d’espèce, qui seraient les «amis» du Haut Commissariat, où cohabitent sans doute autant de sensibilités politiques qu’il y en a dans le reste de la population?
Ce n’est pas de ce côté-là, celui du favoritisme partisan, que réside le problème de cette publication tardive, si tardive qu’elle semble être un pied de nez à la campagne du ministère de l’Intérieur. On a tous en mémoire que l’un comme l’autre responsabilisaient les électeurs.
Or, comment remplir son devoir, en connaissance de cause, si les données disponibles, élaborées avec l’argent du contribuable, ne sont pas mises à la disposition de l’électeur?
Les rapports de la Cour des comptes sur la fiscalité et les finances locales, sur la gestion déléguée des services urbains, etc. sont accessibles à tous ceux qui s’y intéressent.  Ces analyses sont souvent très dures, rien à voir avec les statistiques du développement régional.
Pourquoi en priver les électeurs? Comptent-ils si peu dans le paysage mental des serviteurs de l’Etat?

 

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc