×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Démagogie

    Par L'Economiste| Edition N°:2923 Le 18/12/2008 | Partager

    Et voilà! Ça devait arriver!En échange des aides publiques, les plans de sauvetage du secteur automobile vont certainement comporter des engagements à ne pas délocaliser. Le mouvement avait commencé aux Etats-Unis, il a été considérablement ralenti par le rejet du Congrès; mais l’idée est là: éviter les délocalisations hors de l’espace intégré Canada-US-Mexique. Elle vient de ressurgir en France. Pour le Maroc, c’est une terrible alerte. Valeur aujourd’hui, à Paris, ce n’est qu’une idée, mais elle est si populaire, qu’elle servira forcément d’argument politique, même si la réalité des affaires montre qu’elle est totalement démagogique. Soyons réalistes: le plus sérieux des raisonnements économiques ne peut rien contre l’émotion d’une image de chômeurs, aussi menteuse qu’elle soit. C’est navrant et inquiétant, mais c’est comme ça: l’émotion écrase la raison, et les politiciens s’en servent magistralement.Sommes-nous désarmés?Pas du tout. Du temps des années de plomb, il y avait une telle viscosité dans la pensée que le Maroc arrivait toujours avec deux trains de retard. Aujourd’hui, l’agilité et l’imagination, sans être au pouvoir complètement, ont bien repris leurs droits.C’est la base qu’il faut pour courir plus vite et dévier la route de cette idée catastrophique. Ne rêvons pas, le Maroc n’empêchera pas son émergence, mais il peut empêcher d’en être la cible. Les atouts y compris d’émotions ne manquent pas.Ne sommes-nous pas des «Voisins», au sens juridique, c’est-à-dire incontournable, de l’UE? N’est-ce pas au Maroc qu’on peut prendre tant de belles images, bien émotionnelles, sur le destin commun des deux populations? Les réseaux d’influence, tissés des deux côtés depuis 50 ans, ne sont-ils pas activables? Sur le tableau de bord des réactions possibles, il y a des kyrielles de boutons et de manettes. Le tout c’est d’aller plus vite que la manœuvre démagogique en France.Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc