×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Corruption

    Par L'Economiste| Edition N°:3955 Le 28/01/2013 | Partager

    Y a-t-il plus de corruption aujourd’hui ou bien est-elle plus insupportable? Personne ne peut le savoir: la corruption ne se déclare pas, elle se sent. Et rien de plus subjectif qu’une sensation. Quoi qu’il en soit, il existe maintenant un momentum pour s’en occuper sérieusement.
    Si, avec les experts, on suit l’idée selon laquelle toute société passe par trois phases, le Maroc serait dans la phase deux. Il a cessé de considérer que la corruption est une façon de redistribuer de l’argent vers les professions mal payées. Mais il est loin du stade de la prévention.
    Globalement, l’opinion publique veut contrôler, attraper et punir. Encore très -trop- souvent, elle accepte comme valable le discours du corrompu et du corrupteur, expliquant que leur faute ne vient que de l’existence et la multiplication des fautes commises par les autres. Autrement dit, pas de responsabilité individuelle, juste la faute à tout le monde et donc à personne.
    S’il y avait une échelle, disons que nous sommes dans le bas de la couche moyenne, avec un monde politique qui s’en préoccupe fort, qui a produit le discours répressif, mais qui a encore du mal à passer à la lutte proprement dite.
    Par rapport à la période précédente, le progrès est puissant. Mais il est très lent. Cette lenteur est une spécificité marocaine. Pour le reste, le Maroc se moule dans ce qu’on a vu ailleurs.
    La lenteur présente un danger: celui de rendre la lutte plus difficile parce que le désir de contrôle et de punition (voire de vengeance) n’est pas aussi efficace qu’on l’espère.
    Souvent ce désir aboutit à rendre la corruption plus dure et plus chère, parce qu’elle est plus risquée. Les contrôles, s’ils ne sont pas intelligemment placés, augmentent  les opportunités de faire payer les droits et les passe-droits. Exactement le contraire de l’objectif d’une politique de lutte. Exactement le contraire de ce que veut l’opinion publique. 

    Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc