×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Concurrence

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5644 Le 29/11/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    On l’attendait depuis 30 ans: l’article 16 du projet de loi de finances pour 2020. Ce n’est pas son côté fourre-tout qui est intéressant, quoique…

    Cet article ouvre la possibilité de réviser nos vieilles conceptions de la concurrence. Il modifie un fonds qui s’occupe de concurrence, de consommateur, de stock, de régulation… et des mica (qui ont fait une scandaleuse réapparition).

    Le plus intéressant du texte est la concurrence et les concepts qu’elle tire avec elle. Le Maroc va, s’il le veut bien, sortir des vieilles lunes encombrant sa manière de voir la concurrence.

    Flash-back. Normalement, les textes ad hoc auraient dû suivre le désencadrement des prix, dans les années 1980. Pour des raisons inconnues, on a désencadré sans texte, produit par produit. Peut-être a-t-on redouté l’opinion publique qui, elle, redoutait la libéralisation?

    Toujours est-il que cela s’est bien passé, sans que les consommateurs devinent comment en une quinzaine d’années les épiceries et autres magasins se sont remplis de nouveaux produits, pour l’essentiel locaux, avec du choix et des qualités jamais vus avant.  Et pas plus chers.

    On s’est occupé du dumping étranger, avec un premier texte boiteux, puis des corrections pas meilleures. Mais toujours rien de sérieux pour la concurrence. A part de discrets rappels à l’ordre par la Direction des prix. Le premier texte date de 1999, finalisé en 2014. Entre-temps naît le Conseil de la concurrence. Son premier cri réclame des pouvoirs souverains de sanction.

    Cependant le contexte était toujours aussi dogmatique. Donc avec un risque d’agir contre le bon sens. Les arguments autour du marché des hydrocarbures (voir L’Economiste du 21 octobre 2019) le montrent bien. Le texte conduit à des impasses, parce qu’il ne fait pas droit ou pas assez droit à des impératifs comme les consommateurs, les stocks de sécurité, la régulation…

    Ceci mériterait une bonne campagne de communication civique.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc