×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Cohésion

Par L'Economiste| Edition N°:2913 Le 02/12/2008 | Partager

Elle est là, elle n’est pas encore là… la tempête économique mondiale, ses éventuelles répercussions locales, n’arrive pas à étouffer les bruits d’une crise qui, elle, est bien visible. Celle de la santé semble se tenir à l’écart de nos urgences. A en juger par le dernier rapport du HCP sur les Objectifs du Millénaire, l’on peut douter de la capacité du pays à inverser la tendance en matière de mortalité maternelle et infantile. Nous sommes face à un grave problème de santé publique, c’est certain. Cela fait des années que les organismes internationaux, OMS, Unicef, tirent l’alarme. A la limite, cette rengaine frôle aujourd’hui l’indécence. Des mamans, des bébés, parfois les deux ensemble, meurent dans des maternités sans que l’on sache de quoi. Il y a incontestablement trop d’inégalité dans l’accès aux soins au sein de la population marocaine. Horreur à l’hôpital? Comment peut-on faire du surplace alors même que les «réformes hospitalières», abondamment éventées ces dernières années, ont bénéficié de concours financiers aussi bien de l’UE que de la Banque mondiale?A l’évidence, il y a un pilote dans l’avion: la ministre de la Santé actuelle ne manque ni de caractère ni de motivation. Cette situation devrait au contraire la conforter dans son choix de nommer des patrons gestionnaires à la tête des établissements de soins. Une expérience à suivre de près. Reste à savoir, comment ces managers pourront manœuvrer et composer avec les différents lobbys? La tâche n’est pas facile. Car si les problèmes ne sont pas exclusivement d’ordre financier, alors d’autres hypothèses restent à explorer: les résistances le sont aussi du fait de monopoles corporatistes, rétifs à l’idée même de rendre des comptes. Une certitude, à ne rien faire le risque est de compromettre la cohésion nationale. Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc