×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Choisir

Par L'Economiste| Edition N°:1423 Le 25/12/2002 | Partager

Les lois de Finances, c'est comme les grands pétroliers, ça ne change pas facilement de route mais ça se laisse aisément porter par les courants. Les grands courants marins des lois de Finances, ce sont les dépenses de fonctionnement. Le budget 2003 est de ce point de vue un vrai gros pétrolier. Pour poursuivre les jeux de mots, on pourrait ajouter qu'il flotte largement grâce au pétrole, grâce aux taxes pétrolières.Ce n'est donc pas vraiment cette année 2003 que le "tanker Budget" va reprendre une route plus saine, mais il a commencé à tourner.Avec un Premier ministre moins politique, le ministre des Finances a plus de puissance pour résister aux grands courants marins.Mais ce n'est là qu'un début, car dans l'inflexion donnée dans la gestion budgétaire vers un peu plus de rigueur, il va falloir reprendre un autre travail, celui de savoir choisir les économies.En effet, c'est comme si l'on remettait le navire dans la bonne direction, mais sans s'occuper des fuites, comme si tous les marins étaient mobilisés pour tenir la barre et qu'il n'y ait plus personne pour faire les réparations.Or, dans le style d'économie que veut faire ce budget, il y a bien des gaspillages qui à la fois se terminent par des dépenses supérieures.Par exemple, arrêter un chantier, supprimer un projet peut fort bien revenir à jeter de l'argent par les fenêtres. Souvent, quand un ou deux ans plus tard, on peut enfin rouvrir le chantier, il faudra beaucoup plus d'argent qu'il n'en fallait pour le continuer à temps. Tenir un peu plus rigoureusement le déficit budgétaire et l'endettement public, c'est mieux que de les laisser filer à vau-l'eau, mais ce n'est pas pour autant du vrai redressement. Loin s'en faut. Savoir choisir les sacrifices est aussi une forme nécessaire de management que les administrations avaient commencé à maîtriser. Il faut retrouver ce savoir-faire, réapprendre à arbitrer et redonner aux ministres le courage politique de ces choix techniques. Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc