×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Chinoiseries

    Par L'Economiste| Edition N°:1659 Le 10/12/2003 | Partager

    La montée en puissance de l’économie chinoise commence à poser beaucoup de questions. Les petits pays comme le Maroc, habitués à se sentir un peu à l’écart des grands courants mondiaux, ne se sentent pas concernés. Ils suivent de loin l’actualité des grandes négociations planétaires, en particulier celle de Doha par laquelle d’un seul coup, le monstre chinois fait irruption dans le commerce international.Ils ont grand tort, car voilà que de partout, surgissent des interrogations fondamentales. Certes, il faut aller en Chine, être un peu de ce jeu de titans, qui se dessine dans la reconfiguration des courants d’échanges. Mais au milieu de cette reconfiguration, c’est dans la stupeur, et parfois la crainte, que pointent des risques sérieux de désindustrialisation.Notre chroniqueur, Pierre Haski, chargé de suivre pour les lecteurs de L’Economiste les mouvements de fond apparaissant en Chine, rentre d’une longue visite dans une nouvelle zone industrielle. Il en revient bouleversé: les premières cibles de la montée en puissance chinoise ne sont pas les économies occidentales. Ce sont les pays limitrophes de l’Occident, qui se sont positionnés en fournisseurs du grand bassin de consommation. Objectif: prendre leur place en tant que fournisseur mais aussi, pendant qu’on y est, s’implanter sur leur propre marché intérieur, avec les débats que cela entraînera automatiquement sur des tissus qui restent fragiles.Naturellement, il n’est pas question de revenir au Maroc fermé des années 70. Mais il n’est pas sain non plus d’attendre que les problèmes deviennent insurmontables et les dégâts sociaux irrémédiables, pour activer une politique industrielle et commerciale, à commencer par rendre applicables les systèmes de sauvegarde, comme l’antidumping, les normes ou l’application intelligente des mécanismes prévus par l’OMC. Même si pour un pays en voie de développement, ce n’est pas facile de faire jouer ces mécanismes-là. Il en va pourtant de la survie économique.Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc