×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Chambre

    Par L'Economiste| Edition N°:4162 Le 02/12/2013 | Partager

    LA valeur ajoutée serait enfin prise en compte dans le fonctionnement des Chambres de commerce.
    Un vent de modernisation bienvenu après plusieurs années de catastrophiques et déloyaux services.  Il est prématuré de cautionner la portée des promesses de changements annoncés. Sur ce sujet, combien d’autres chantiers de modernisation, souvent avec la caution du gouvernement, ont été inscrits sur l’agenda? Ce qui est certain en revanche, c’est que ce réseau ne peut pas continuer d’être géré dans le brouillard pendant de longues années encore. Il faut examiner en détail les raisons de l’échec pour bien négocier la réforme.
    Une simple comparaison entre les systèmes marocains et les modèles existants dans d’autres pays font clairement apparaître plusieurs sources de faiblesses. Pendant longtemps, les Chambres de commerce ont eu une raison d’être politique avant d’être économique. Le statut d’antichambre électorale y est demeuré la règle, l’efficacité, le service aux entreprises, la veille, l’intelligence économique, l’exception. C’est ce qui les a d’ailleurs suspectés aux yeux du monde des affaires et de l’opinion publique.
    Leur influence sur le champ économique est quasi nulle. Elles n’ont pas non plus grand-chose à apporter à des entreprises déjà positionnées à l’international. Et lorsque le sujet de Chambres de commerce défraye la chronique, c’est souvent à l’occasion de bagarres à mort pour les présidences.
    Maintenant, si l’ambition est de redresser ce maillon indispensable à la diplomatie économique, il faut intégrer quelques garde-fous à l’entrée. En particulier de faire attention à ce que le lobby anti-changement, fort bien représenté au Parlement, n’édulcore pas les conditions d’exécution et du coup, coupe les ailes de la réforme.

    Mohamed BENABID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc