×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Bonnes nouvelles

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5834 Le 02/09/2020 | Partager
    salah_nadia.jpg

    Enfin quelques bonnes nouvelles: La consommation électrique, la réouverture d’entreprises et les ventes OCP et la mini-reprise dans l’automobile.

    Certes les mauvaises nouvelles ne s’arrangent pas: croissance exponentielle et toujours inexpliquée du nombre de morts, des textes législatifs préparés en dépit du bon sens, des actes de rébellions violentes chez les jeunes Marocains.

    Passons sur ces informations affligeantes, en espérant que le bon côté finira par submerger le mauvais, à commencer par la suppression de cet état d’urgence où croît le mépris envers les citoyens (parmi lesquels figurent aussi les employés de la Santé ou de l’Intérieur).

    La première des bonnes nouvelles est la réouverture d’entreprises qui se confirme (cf. e-leconomiste du 1er septembre). Cette réouverture est diversifiée, rarement à plein régime. Mais elle est là, ce qui n’est pas rien. En effet, il faut du courage pour rouvrir puisqu’à tout moment peut tomber un ordre de fermeture. Plus ou moins rationnel.

    On voit aussi que l’OCP s’est bien battu. Pourtant, les agriculteurs, partout dans le monde, se sont appauvris. Pendant ce temps, Washington veut exclure le Maroc de son marché en attaquant la qualité des phosphates.

    La plus solide des bonnes nouvelles reste l’électricité, avec un 2,3% de progression. Même réduite à sa plus petite expression, une croissance de la demande électrique est la meilleure nouvelle depuis juin dernier. C’est l’endroit le plus sûr pour voir la réalité de l’activité, virus ou pas virus.

    La mini-reprise de l’automobile, couvée par le ministère du Commerce et de l’Industrie, est un signe d’un autre ordre. Elle dit la réalité de l’intégration mondiale. Une intégration sans cesse menacée par les options populistes européennes.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc