×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Bled Siba

Par L'Economiste| Edition N°:4347 Le 29/08/2014 | Partager

Encore 8 morts dans un accident de taxi. Cette fois, c’est l’indignation publique. Il n’y a rien qui marche normalement dans ce secteur. L’Etat veut imposer les ceintures de sécurité aux taxis comme aux autres véhicules. Quelques syndicats tempêtent et font menaces et simagrées. Personne ne sait qui ils sont. Pourtant, l’Etat bat en retraite. Il invente une exception à sa propre légalité et autorise les taxis à rester ce qu’ils sont, des cercueils ambulants.
Des associations s’indignent de cette permission de tuer les gens officiellement accordée, signée et enregistrée. Ni dans l’administration et pas davantage dans le gouvernement, nul ne lève le petit doigt pour appuyer ces associations, pour rétablir le droit à voyager  sans rentrer chez soi handicapé à vie, ou sans que sa famille soit invitée un triste matin à venir le récupérer à la morgue.
Quant aux élus de la Nation, ceux qui «Représentent» les citoyens et ceux qui «Conseillent», la majorité ne crie à l’assassin contre ses ministres. L’opposition trouve intelligent de soutenir les «syndicats» de taxis. Notons bien que depuis que le dossier des taxis est sur la table, les opposants sont devenus majoritaires et inversement, trois fois de suite. Comment mieux démontrer que ce qui compte pour les élus, d’un côté comme de l’autre, ce ne sont pas les taxis, encore moins leurs passagers?
Même contexte, mêmes résultats pour les assurances: aucune compagnie sérieuse ne veut prendre ce risque. Un assureur ad hoc a été inventé. Résultats: personne ne sera jamais indemnisé correctement. Même contexte et mêmes résultats pour les permis de conduire; même contexte, mêmes résultats pour les agréments; même contexte, mêmes résultats pour la vétusté du parc. Les transports publics ont fait  Bled Siba. Ça suffit. Les gens en ont assez des milliers de morts sur la route.  Les  taxis doivent rentrer dans le rang, par la force s’il le faut.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc