×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Avenir

    Par L'Economiste| Edition N°:4420 Le 15/12/2014 | Partager

    La réforme de la Caisse de compensation tout comme la réforme des rétraites des fonctionnaires sont une nécéssité impérieuse et d’intérêt supérieur.
    Elles auraient dû être faites depuis longtemps. Mais de gouvernement en gouvernement, les forces politiques se sont “refilé la patate chaude”. Aucune n’avait  osé prendre de décision, sachant qu’il s’agit là de mesures impopulaires.
    Pourtant, l’économie marocaine tout comme le sytème social sont plombés par ces deux hémorragies incontrôlées et incontrôlables.
    L’équipe actuelle a le courage d’entreprendre les réformes necessaires pour mettre un terme à ce gaspillage massif.
    Certes, et Benkirane le sait, il n’y a que des coups à prendre dans ces affaires, alors qu’ il n’y a pas pas grand-chose à gagner en termes d’influences électorales .
    Fort heureusement, aujourd’hui, le sens de l’Etat et l’intérêt de la Nation ont prévalu, manifestement au-delà de tout calcul électoraliste.
    Il faut s’en féliciter.
    Le jeu de la démocratie fait qu’il y a une majorité, pas toujours suffisamment unie, et une opposition. Il est très tentant de se critiquer les uns les autres pour tenter de séduire les électeurs.
    Mais, d’une part, il faut que ces critiques aient un sens réel, qu’elles s’inscrivent dans la recherche de l’intérêt général du pays. Et, d’autre part, les rivalités politiques ne doivent pas être une fin en soi, car les électeurs marocains ne sont pas naïfs et savent le montrer.
    La politique politicienne devrait être mise de côté s’agissant de ces mesures qui vont dans le sens de l’intérêt supérieur des Marocains.
    Indépendamment des ambitions politiques des uns et des autres, il existe des moments dans l’histoire des nations où l’unité doit se faire autour de mesures difficiles mais  nécessaires pour préserver l’avenir de tous.
    C’est le seul moyen de casser la dictature du temps court qu’imposent les échéances électorales.
    Abdelmounaïm DILAMI

    Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc