×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Yuan: la Chine prendra des décisions «indépendantes»

Par L'Economiste | Edition N°:3247 Le 05/04/2010 | Partager

. Pressions croissantes pour réévaluer sa monnaie. Petit déficit commercial en marsLE vice-ministre chinois du Commerce Chen Jian a nié vendredi dernier que le yuan soit sous-évalué, assurant que Pékin entendait garder le contrôle de son appréciation quelles que soient les pressions internationales. «Il n’y a rien à critiquer, le taux de change n’est pas sous-évalué», a déclaré à la presse Chen. «Le gouvernement prendra des décisions responsables et indépendantes sur la politique de taux de change en fonction de sa situation économique et monétaire», a-t-il ajouté.La Chine subit des pressions croissantes de ses grands partenaires commerciaux, et en particulier des Etats-Unis, pour réévaluer sa monnaie - le yuan ou renminbi (monnaie du peuple). Des élus américains poussent le Trésor américain à classer la Chine dans les pays manipulant leur monnaie - donc susceptibles de sanctions - dans son rapport semestriel attendu le 15 avril.Les critiques estiment que la sous-évaluation du yuan - d’au moins 40% selon certains économistes américains - abaisse les prix à l’exportation des produits chinois et avantage ainsi injustement le Made in China. La Chine pour sa part estime que le yuan n’est pas responsable des déséquilibres commerciaux, notamment pas du déficit américain. «Les déséquilibres de l’économie mondiale proviennent de politiques erronées dans certains pays et de déséquilibres dans le système de gestion monétaire international», a répété Chen.Chen a souligné que la Chine pourrait enregistrer un petit déficit commercial en mars, ce qui prouverait bien que sa politique n’est pas de courir après l’excédent.Un déficit qui tomberait bien à propos, selon Mark Williams de Capital Economics: «Le moment choisi pour le premier déficit commercial mensuel de la Chine en 6 ans, s’il est confirmé en mars, est presque trop beau pour être vrai», écrivait-il mardi dernier dans une note. «Un déficit affaiblirait les arguments selon lesquels la Chine manipule sa monnaie», a-t-il ajouté. Le ministère chinois du Commerce semble opposé, pour le moment, à une reprise de l’appréciation de la monnaie chinoise pour ne pas entraver le rédémarrage récent du commerce extérieur et les emplois liés après des mois très difficiles pour le secteur exportateur.Certains économistes chinois, au sein même de la Banque centrale, ont cependant plaidé ces derniers temps pour une plus grande flexibilité du taux de change.Le yuan est réarrimé au dollar depuis l’été 2008, alors que depuis 2005 son taux de change était censé être calculé selon un panier de devises --à la composition non précisée-- et fluctuer quotidiennement dans une fourchette délimitée. Mais les analystes s’attendent à une reprise de l’appréciation de la monnaie chinoise dans les prochains mois. «Malgré la rhétorique de plus en plus catégorique des responsables chinois, nous pensons qu’un ajustement du régime des taux de change devrait avoir lieu dans les trois mois, plus tôt que ce que nous avions prévu», écrivaient ainsi dans une note publiée jeudi dernier les analystes de la banque Goldman Sachs, Helen Qiao et Yu Song.I. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc