×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Violence à l’égard des femmes
Le mari, principal cogneur

Par L'Economiste | Edition N°:3416 Le 02/12/2010 | Partager

. Le harcèlement psychologique prend aussi de l’ampleur. Les résultats d’un bilan provisoire pour l’année 2010   La mobilisation pour la lutte contre la violence fondée sur le genre se poursuit. Ainsi, le coup d’envoi officiel de la  8e campagne nationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes a été donné la semaine dernière par Nouzha Skalli, ministre du Développement social. Cette campagne sera caractérisée par l’organisation d’activités en partenariat avec des associations de différentes régions du pays. Parmi les objectifs de cette campagne, pousser à une mobilisation des hommes pour leur implication dans cette lutte. C’était aussi une occasion pour la ministre de présenter à la presse les résultats provisoires sur les violences fondées sur le genre. «Le nombre global de déclarations enregistrées par le centre d’écoute national, au titre de l’année 2010, a atteint 9.524 contre 12.710 en 2009», précise Skalli. Selon elle, cette diminution conséquente est le fruit d’une politique de proximité initiée depuis deux ans qui a été à l’origine de la création de nombreuses structures institutionnelles au niveau local et régional. Et ce, pour la prise en charge des actes de violence à l’égard de la femme. Ce qui a permis de soulager le centre d’écoute national qui n’est plus le seul recours pour les femmes victimes. Après analyse des réclamations, c’est la violence conjugale qui est en tête avec une part de 74,4%. Elle est suivie de la violence dans les lieux publics (12,2%), commise par des agresseurs inconnus et celle dans le milieu familial avec 4,6%. Alors que la violence extraconjugale et celle dans le milieu du travail ou dans l’école représentent respectivement 4,2 et 3,2%. Selon les formes de violence, les femmes et les filles se plaignent plus de la violence psychologique (38% des réclamations enregistrées). Quant aux violences physiques, elles viennent en deuxième position avec une proportion de 32%, suivies de celles d’aspect économique et social avec une part de 13%. En ce qui concerne la fréquence d’actes de violence, l’analyse des réclamations révèle que plus de la moitié des femmes victimes ont subi des agressions d’une façon permanente alors que pour 36,6%, elle est fréquente. A noter que la majorité des déclarations, soit près de 76%, a été enregistrée en milieu urbain. Mais pour avoir une idée sur la tendance globale de ce phénomène, il faut attendre fin décembre. Date de publication des statistiques produites par le Système d’information institutionnel sur les violences fondées sur le genre (SIIVFG). Ce dernier intègre l’ensemble des informations au niveau national issues des centres d’écoute relevant d’autres départements partenaires dans ce projet (Justice, Gendarmerie royale, Police et Santé).


Enquête nationale

Pour mieux appréhender ce phénomène social, le HCP vient d’achever une enquête nationale, première du genre, sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes dans notre pays. Cette enquête a porté sur un échantillon de 9.000 femmes âgées de 18 à 64 ans et a couvert l’ensemble du territoire national. Elle s’est assignée pour objectif de mesurer la prévalence de la violence à l’égard des femmes sous ses différentes formes et dans les différents cadres de vie. Et aussi d’identifier les caractéristiques des victimes de violences ainsi que celles de leur environnement socioéconomique. Les résultats de cette étude, réalisée avec l’appui du Fonds de développement des Nations unies pour la femme, seront dévoilés prochainement. Noureddine EL AISSI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc