×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Veolia mise sur l’écologie urbaine
Entretien avec Olivier Dietsch, PDG de Veolia Environnement Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:3255 Le 15/04/2010 | Partager

. Eau, dépollution, énergies propres… les grands chantiers. Près de 9 milliards de DH à investir dans l’assainissement liquide. La sensibilisation passe par les jeunesLe maître mot de Veolia Environnement Maroc est «investir pour une ville durable». En effet, depuis 2002, le groupe s’est engagé sur plusieurs fronts pour la protection de l’environnement: eau, déchets, assainissement… Pour Olivier Dietsch, président du groupe, il s’agit aujourd’hui de continuer a œuvrer et innover pour une ville durable. - L’Economiste: Le développement durable est devenu un choix stratégique pour le Maroc. Comment votre groupe accompagne-t-il ce chantier? - Olivier Dietsch: Veolia Environnement a démarré en 2002, via des contrats de gestion déléguée dans trois domaines en relation notamment avec la protection de l’environnement. Il s’agit de la distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement liquide à Tanger-Tétouan (Amendis) et à Rabat-Salé (Redal). A cela s’ajoutent des contrats de collecte de déchets dans plusieurs villes. Et aussi le transport urbain par autobus de la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër. - Mais, il reste encore beaucoup d’opportunités…- Effectivement, le Maroc, à travers cette approche du développement durable, constitue pour nous une opportunité pour réaffirmer nos engagements pour la préservation de l’environnement eu égard à notre expertise dans le domaine, notamment en matière de dépollution. Par ailleurs, le Plan solaire Maroc va permettre à de nombreuses entreprises de jouer un rôle important sur le marché des énergies propres. - La préservation de l’eau est aussi l’une de vos préoccupations majeures...- Tout à fait. Des efforts considérables ont été menés pour améliorer le rendement de nos réseaux de distribution d’eau potable grâce à des actions de recherche et de réparation de fuites. Les résultats ont été très concluants. Par exemple, à Rabat, le rendement réalisé est de près de 82%, le taux le plus élevé au niveau national. Ce qui a permis d’économiser l’équivalent de la consommation d’une ville de 800.000 habitants. Au menu également, la rationalisation de l’utilisation des bornes fontaines publiques grâce à un système automatique à forfait prépayé «Saqayti». Ce dispositif a été d’une grande utilité pour les communes qui les a aidées à réaliser des économies de 50 à 70%. Notre deuxième engagement porte sur l’assainissement liquide et la dépollution du milieu naturel. Dans ce secteur, on prévoit d’investir près de 9 milliards de DH sur toute la durée de nos contrats. - Les difficultés sont plus importantes dans les quartiers défavorisés. Quelle est la politique de Veolia pour les réduire? - L’accès des populations démunies à nos prestations figure effectivement parmi nos préoccupations. Dans ce cadre, une ingénierie particulière et adaptée au contexte local a été développée par nos filiales, Redal et Amendis. Cela va nous permettre de régulariser les consommations illicites. Ce programme réalisé, notamment dans le cadre de l’INDH, a permis à 730.000 personnes de bénéficier des services de base depuis 2002.- Toute action implique sensibilisation, notamment les jeunes. Quel est le budget consacré à ce volet par votre groupe? - Il est de 3 millions de DH, en 2010. La priorité est accordée à la sensibilisation des jeunes générations. Trois programmes pédagogiques sont notamment lancés chaque année en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et des associations. Il s’agit de Classes Ecol’eau, Ecolo’plage et Aïd Ecolo.


Mobilisation

Veolia Environnement Maroc se mobilise pour la Journée de la Terre, le 22 avril. Ainsi, cette manifestation verra le lancement du programme «Les Classes Ecol’eau», en partenariat avec l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la Terre. Au menu, des ateliers ludiques et éducatifs au profit de plus de 2.000 enfants de 70 clubs de l’environnement de différents établissements scolaires publics de Rabat, Tanger et Tétouan. Cet effort de sensibilisation va toucher aussi le volet propreté par la distribution aux habitants d’une cartographie horaire de collecte des déchets et la mise en place des plateformes de tri mobile et le volet transport par de la pédagogie sur la mobilité durable. «Nous serons aussi présents dans le village écologique qui abritera une exposition pour le grand public sur la rive du Bouregreg à Rabat, souligne le PDG de Veolia Environnement. Une occasion pour présenter nos solutions, outils et innovations écologiques liées à l’eau, l’assainissement, la propreté et le transport. Une autre campagne de sensibilisation avec le mot d’ordre: “mobilisons-nous!” sera lancée via nos factures, nos véhicules, nos agences, etc.»Propos recueillis par Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc