×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Une Américaine expose au Musée de Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:3245 Le 01/04/2010 | Partager

. L’artiste exprime sa passion pour l’architecture urbaine . Coup de foudre pour la peinture à l’âge de 42 ansLayla Fanucci, une artiste américaine âgée de 53 ans, expose au musée de Marrakech du 3 avril au 30 juin prochains. Une exposition qui a pu être montée grâce au concours de Naïma Lazrak Benjelloun, présidente de la fondation Omar Benjelloun et de Wafâa Mezouar, elle aussi artiste peintre et amie de l’artiste. Pendant trois mois, une trentaine de tableaux de l’artiste, de différentes tailles, seront exposés, avec pour thème, «paysages urbains». Cette dernière peint en effet les villes qu’elle visite, de Paris à San Francisco, en passant par Berlin, Rome, Toronto et beaucoup d’autres. «Mes œuvres expriment mes expériences de voyages. Ils reflètent mon amour pour l’architecture », nous a-t-elle confié. Pour assister au vernissage, l’artiste est arrivée depuis peu à Marrakech. Ravie de l’accueil chaleureux dont ses amis l’ont entourée, Layla ne tarit pas d’éloges sur le Maroc et ses habitants. Elle compte d’ailleurs en profiter pour prendre de nombreux clichés. De retour dans son atelier situé au cœur de Napa Valley (à Saint Helena en Californie), elle va s’en inspirer pour peindre la ville. Et ses tableaux marocains pourront ensuite faire l’objet d’une autre exposition dans le Royaume. L’artiste a déjà exposé à New York à plusieurs reprises, mais aussi à Toronto et à San Francisco. L’année prochaine, elle prévoit d’exposer à Londres et Chicago. Très jeune, encouragée par ses parents, Layla Fanucci a appris plusieurs instruments de musique, en particulier le piano, la clarinette et la guitare. Ayant acquis un bon niveau en musique, elle a commencé à enseigner ces différentes disciplines musicales. Il y a onze ans, Layla s’est essayée à la peinture et ce fut un coup de foudre pour cette nouvelle expression artistique. Son entourage a apprécié ses toiles et les commandes ont commencé à pleuvoir. Très vite, elle stoppe les cours de musique pour se consacrer à sa nouvelle passion. «Je me suis mise à peindre tous les jours, à plein temps et ça dure depuis onze ans», explique-t-elle. Encouragée par son mari Robert, (producteur de vins et propriétaire d’une propriété viticole réputée à Napa Valley) et ses trois enfants, elle poursuit avec assiduité ses activités de peintre. Au fur et à mesure de ses nombreux voyages, elle enrichit ses connaissances architecturales urbaines et continue de s’exprimer à travers la peinture. Les tableaux de Fanucci seront en vente au musée de Marrakech entre 2.000 et 20.000 dollars l’unité. Nadia BELKHAYAT

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc