×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Un laboratoire investit dans l'homéopathie

Par L'Economiste | Edition N°:1631 Le 27/10/2003 | Partager

. Boiron a ouvert une nouvelle filiale au Maroc . C'est Pharmaceutical Institute qui s'occupe de l'enregistrement et la distribution des produitsY a-t-il un marché de l'homéopathie au Maroc? Le Français Boiron, qui a investi ce créneau en est convaincu. Ce laboratoire a ouvert depuis quelques mois une filiale marocaine, Boiron MA. Si l'on en croit ses responsables, le business se porte bien. Boiron alimente progressivement les officines (celles qui sont intéressées bien sûr). En fait, pour contourner une contrainte réglementaire, qui impose à tout laboratoire qui veut intervenir sur le marché marocain de disposer d'un site industriel, Boiron a dû s'associer à Pharmaceutical Institute (PHI), qui s'occupe à la fois de l'enregistrement, de l'importation et de la distribution des produits. PHI produit également pour le compte de Boiron deux médicaments homéopathiques: l'Homéoplasmine, une pommade et un sirop, le Stodal. La filiale se donne aujourd'hui pour objectif de contribuer au développement de la thérapeutique et d'assurer la promotion de ses médicaments. Boiron vient d'ailleurs de signer un accord de partenariat avec la faculté de médecine de Rabat. Par le biais de ce dernier, des médecins homéopathes français formeront leurs homologues marocains. Ces derniers, une fois le transfert de connaissances effectué, feront profiter leurs étudiants en médecine de ces nouvelles connaissances. Pour 2003-2004, Boiron prévoit d'introduire 5 nouveaux produits sur le marché marocain, et de renforcer l'équipe commerciale. Quel intérêt présente l'homéopathie pour un marché comme le nôtre? Il est connu par tout le monde que le Maroc est l'un des pays les moins consommateurs de médicaments. Et ce pour diverses raisons, notamment le coût assez élevé des traitements. L'homéopathie présente l'avantage de coûter beaucoup moins cher. Pour ses promoteurs, ces produits homéopathiques présenteraient également “l'avantage de ne pas agresser le corps humain”. Pour certaines maladies graves comme l'hépatite C, ou les cancers, les patients supportent mal les séances de chimiothérapie ou la prise des interférons. Les médicaments homéopathiques viennent pour adoucir les effets secondaires des traitements lourds. Mais il existe aussi des prescriptions homéopathiques pour les “petits bobos” de la vie de tous les jours. Ces derniers sont les plus courants, d'après les spécialistes. La grippe, les allergies, les malaises prémenstruels… sont ainsi couramment soignés.Houda BENBOUYA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc