×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Un accord pour le transit du gaz vers l'Europe

Par L'Economiste | Edition N°:3294 Le 09/06/2010 | Partager

. L'Azerbaïdjan pourra exporter jusqu'à 1,2 milliard de m3 de gaz vers la Turquie La Turquie et l'Azerbaïdjan ont signé, lundi dernier à Istanbul, un accord gazier jugé crucial pour l'approvisionnement des Etats européens qui souhaitent réduire leur dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Un procès-verbal de consensus a été signé à cet effet par le ministre turc de l'Energie, Taner Yildiz, et son homologue azerbaïdjanais, Natik Aliev. Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, et le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, ont assisté à la cérémonie organisée en marge de la Conférence sur les mesures pour bâtir la confiance et l'action conjointe en Asie (CICA), un forum sur la coopération et la sécurité régionales réuni à Istanbul. Le document signé réévalue le prix du gaz que l'Azerbaïdjan vend à la Turquie actuellement. Les montants convenus n'ont pas été divulgués. Il fixe aussi les quantités et le prix du gaz que le pays fournira à la Turquie lors du lancement, en 2017, de l'exploitation des champs de gaz Shah Deniz-II (en mer Caspienne), ainsi que la commission que prendra la Turquie pour le transfert du gaz azerbaïdjanais vers l'Europe, a déclaré Yildiz. En vertu de l'accord, l'Azerbaïdjan pourra exporter jusqu'à 1,2 milliard de m3 de gaz vers la Turquie et vendre le reste aux pays tiers. Le ministre azerbaïdjanais a qualifié ce traité d'événement «historique«. L'Azerbaïdjan, pays riche en gaz, est considéré comme un fournisseur potentiel important dans le cadre du projet de gazoduc européen Nabucco, qui doit relier la Turquie à l'Autriche, et dont l'achèvement est prévu en 2014. Ankara et Bakou ont commencé à négocier au printemps 2008, mais le prix consenti par la Turquie pour ce contrat a été réévalué à la hausse. Les négociations ont en outre été compliquées par les tensions politiques suscitées par le processus de normalisation engagé entre la Turquie et l’Arménie. L’Azerbaïdjan voit dans cette tentative de rapprochement turco-arménien une remise en cause de la solidarité affichée par Ankara avec Bakou dans le conflit opposants Arméniens et Azerbaïdjanais au sujet du Haut-Karabakh, une région séparatiste d'Azerbaïdjan peuplée d'Arméniens. Nabucco, dont Bakou et Ankara sont des partenaires majeurs, est en concurrence directe avec le projet russo-italien South Stream. Ce gazoduc permettra à la Russie d'exporter vers l'Italie et la Grèce, en passant sous la mer Noire et en évitant l'Ukraine, à laquelle elle s'est durement opposée sur les prix.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc