×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Terrorisme: Les fêtes de Noël placées sous haute surveillance

Par L'Economiste | Edition N°:1423 Le 25/12/2002 | Partager

. Dans les pays menacés, les pouvoirs publics sont sur le qui-viveLes uniformes de policiers ont parfois supplanté les costumes de Père Noël en cette veille de fête, ternie par les craintes d'attaques terroristes qui motivent le déploiement de mesures de sécurité renforcées dans les grandes villes du monde. En Asie, durement touchée par l'attentat de Bali qui a fait 190 morts le 12 octobre dernier, les pouvoirs publics sont plus que jamais sur le qui-vive et cherchent avant tout à protéger leurs minorités chrétiennes. En Indonésie, la police a annoncé le déploiement, en particulier près des églises, de quelque 200.000 hommes sur les 270.000 de son effectif. «Nous sommes préparés au pire«, a déclaré un de ses porte-parole. Au Pakistan, qui compte quatre millions de chrétiens, la police, des militaires et des unités spéciales ont été affectés à la surveillance des églises, des missions et hôpitaux chrétiens et des casernes militaires du Penjab (nord-est). Les pouvoirs publics ont aussi demandé aux autorités religieuses d'appeler leurs fidèles à se rendre dans les lieux de culte bien avant les célébrations afin de ne pas former d'attroupements. Aux Etats-Unis, qui furent la cible des attentats du 11 septembre 2001, aucun renforcement particulier des mesures de sécurité n'a été annoncé dans le pays qui, de toute façon, est soumis depuis plusieurs mois à un état d'alerte constant en raison d'un risque terroriste «élevé«. En Europe, où les dispositifs de sécurité sont également importants depuis les attentats du 11 septembre, les pouvoirs publics ont appelé à une vigilance renforcée, mais en essayant de ne pas propager la panique.En Russie, deux hommes originaires de Tchétchénie, portant des ceintures d'explosifs, ont été arrêtés mardi dans un quartier du sud-ouest de Moscou. Dans les zones de conflit, les fêtes de Noël s'annoncent particulièrement tendues. Les célébrations de Noël à la cathédrale Saint-Paul d'Abidjan et la traditionnelle «messe de minuit« ont dû être avancées en plein coeur de l'après-midi en raison du couvre-feu qui pèse sur la Côte d'Ivoire depuis l'insurrection du 19 septembre. Au Proche-Orient, «on ne peut ignorer qu'il ne s'agit pas d'un Noël ordinaire, c'est un Noël sous le feu«, a prévenu un porte-parole du gouvernement israélien, qui s'est pourtant engagé à ne pas déployer de chars ou de véhicules blindés au centre de Bethléem durant les célébrations de Noël. La ville natale du Christ est réoccupée depuis novembre par l'armée israélienne, qui ne se prépare plus seulement à faire face aux menaces terroristes, mais aussi à l'éventualité d'une guerre en Irak. Dans le cas d'une intervention américaine, Israël se trouverait en effet sous la menace directe d'une riposte de Bagdad. Le Premier ministre Ariel Sharon a donc commencé à avertir lundi sa population de ce risque et envisage la distribution de trousses de médicaments pour survivre à une attaque bactériologique. En Irak même, les inspecteurs en désarmement ont décidé de ne pas observer de pause pour Noël et continuer leurs investigations en quête d'armes de destruction massive. Hier, un expert irakien lié à l'ancien programme nucléaire de l'Irak, Sabah Abdel Nour, a déclaré avoir été interrogé à l'Université de Technologie de Bagdad par des inspecteurs de l'ONU. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc