×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

TCN: Plus de 3 milliards de DH d'encours

Par L'Economiste | Edition N°:303 Le 06/11/1997 | Partager

LE marché des TCN est en train de s'élargir progressivement. Dernière opération en date: Acred vient de lancer un programme d'émission de BSF (bons de sociétés de financement) portant sur un montant de 250 millions de Dirhams. Ce qui augmentera d'autant l'encours global des TCN. En attendant, il portait, à fin septembre, sur un montant de 3.144,75 millions de DH dont 2.119,75 millions en CD (certificats de dépôt) et 1.025 millions en BSF. C'est ce qui ressort des statistiques de Bank Al-Maghrib. Aucune opération de BT (billets de Trésorerie) n'est encore initiée.
Pour les CD, l'encours s'établissait à 2.116,25 millions de DH à fin août. Une émission de 23,5 millions a été enregistrée courant septembre, alors que les tombées s'établissaient à 20 millions. Les émissions de septembre sont le fait de la BNDE (1 MDH) et du CIH (22,5 MDH). Elles ont été souscrites par le groupe assurances-caisses de retraites pour 1 million de DH, les entreprises non financières pour 20 millions et les particuliers pour 2,5 millions.
Un montant de 20 millions de DH est lié à une maturité de moins de 32 jours et 1,75 million arrivent à échéance entre 183 et 365 jours. Le reste, 1,75 million de DH, sera remboursé sur une durée comprise entre 3 et 5 ans.

Quant au taux appliqué, il est de 8% (minimum et maximum) pour un mois, 8,75% (minimum et maximum) pour 1 an. Pour 5 ans, les plancher et plafond sont respectivement de 9 et 9,5%.
Pour l'heure, seuls quatre établissements ont lancé un programme de CD. Outre la BNDE et le CIH qui ont respectivement un encours de 365,25 et 747,5 millions de DH, figurent sur la liste Wafabank avec un encours de 996 millions et Médiafinance 11 millions. Il est à signaler que les deux premiers établissements cités sont pratiquement obligés d'aller sur le marché après l'arrêt de la garantie de l'Etat intervenu en juillet 1996.
Côté souscripteurs, la CDG occupe la pôle-position avec 550 millions de DH à fin septembre. Elle est suivie des OPCVM (496,5 MDH), des établissements de crédit (448,25 MDH), des particuliers (375 MDH). Les entreprises non financières et le groupe assurances-caisses de retraites détenaient respectivement 159,75 et 90,25 millions de DH de créances.

Marché secondaire

Du point de vue de la durée, 46,74% de l'encours totalisé à fin septembre porte sur plus de 5 ans, contre 23,29% compris entre plus de 2 ans et 3 ans.
Côté BSF, les émissions du mois de septembre totalisaient 52,25 millions de DH dont 22 millions pour Sogelease et 30,25 millions pour Wafasalaf. Etablissements de crédits et OPCVM ont souscrit la totalité de l'émission. La maturité va globalement de plus de 2 ans à plus de 5 ans. Les taux sont de 8,85% pour les bons courant sur 25 mois. Ils sont compris entre 9 (minimum) et 9,125% (maximum) pour 3 ans.
Il n'y a pas eu de tombées en septembre. Ainsi, Eqdom détient le plus gros encours au terme dudit mois avec 350 millions de DH. Wafasalaf affichait pour sa part 249 millions de DH et Sogelease 172 millions. Les émissions de Somafic et d'Interleasing s'élevaient à 144 et 110 millions de DH.
Pour ce type de papier, les établissements de crédit se sont montrés plus gourmands avec une souscription de 332,25 millions de DH. Ceci peut être expliqué par le fait que les opérations émanent pour l'essentiel de leur propre filiale. Les souscriptions des OPCVM s'élèvent à 266 millions de DH et celles du groupe assurances-caisses de retraites à 209,5 millions. Quant aux particuliers et entreprises non financières, leurs créances totalisent 119,75 et 7,5 millions de DH respectivement.

Les émissions de BSF concernent pour une grande part le moyen terme. A fin septembre, un paquet de 913,5 millions de DH avait une durée de vie comprise entre plus de 2 ans et 3 ans. Le reliquat (111,5 MDH) devait être remboursé entre plus de 3 ans et 5 ans.
Le marché des TCN gagne visiblement en poids au niveau primaire. De l'avis de quelques financiers, les programmes, directement contrôlés par l'émetteur ou sa maison mère, limitent quelque peu la négociabilité. Une démarche similaire à l'opération Acred menée par un syndicat composé de banques et de sociétés de bourse devrait favoriser la liquidité des titres.

Alié Dior NDOUR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc