×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Tanger/Tourisme
Les opérateurs retrouvent le sourire

Par L'Economiste | Edition N°:3422 Le 13/12/2010 | Partager

. Nette reprise avec 14% de croissance . La reconversion du port très attendue La reprise semble se confirmer pour le secteur touristique tangérois. Les chiffres de la fréquentation touristique rendus publics par le département du Tourisme font état d’une augmentation du nombre de nuitées de 17% au mois d’octobre par rapport à la même période de l’an dernier. La croissance depuis le début de l’année se place de la sorte à près de 14%. En termes de tissu d’accueil, ce sont les hôtels 4 étoiles qui ont le plus profité de cette croissance avec 55%, alors que les 5 étoiles ont connu une croissance de quelque 23%. En dernier, les établissements classés 3 étoiles ont connu une progression de seulement 2%. A l’image du mois de septembre, l’essentiel de la croissance a été assuré par la clientèle des résidents qui a enregistré une progression de 19%, suivie par celle des non-résidents avec 16%, portée essentiellement par les marchés allemand et surtout français. Ce dernier a connu une croissance de 22%, alors que le marché traditionnel de la ville de Tanger, l’Espagne, a pratiquement stagné avec 3%. Les Espagnols sont assez appréciés par les opérateurs du nord. La proximité aidant, leur arrivée n’est pas dictée par les vacances d’été ni celles de la fin d’année, seulement. Leur principal avantage restait le fait de pouvoir alimenter durant toute l’année un flux continu de visites du genre escapade du week-end. Selon certains opérateurs, la crise économique qui prévaut depuis quelque temps en Espagne empêche de miser davantage sur ce marché, surtout en l’absence d’actions de promotion concertées. Pour les nationaux, la gestion des pics ou leur étalement dans le temps semble un problème sans issue, surtout pour une ville dont le produit phare reste le balnéaire, exploitable sur moins de quatre mois (de juin à septembre). Le projet de reconversion annoncée du port de Tanger et celui en projet de la marina devraient permettre de limiter cette dépendance et de hisser les pics de la demande en étalant cette dernière sur toute l’année. Les croisiéristes attendus, plus de 300.000 dans moins de 6 ans, devront permettre de renflouer une bonne partie de l’industrie touristique locale. Une tendance qui devra être épaulée par la mise en place d’une marina aux normes internationales. De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc