×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Salon des fruits et légumes
Forte affluence mais peu d’acheteurs

Par L'Economiste | Edition N°:3422 Le 13/12/2010 | Partager

. Un grand nombre d’exposants souhaite la tenue du salon tous les deux ans. Mais dès janvier prochain une version itinérante sera organiséeLE Salon des fruits et légumes qui a fermé ses portes dimanche dernier à Agadir, après quatre jours d’activité, a drainé beaucoup de monde. Les professionnels du secteur étaient au rendez-vous. Samedi dernier, le nombre de visiteurs professionnels a atteint 48.000, selon les organisateurs. Le grand public n’était pas en reste. Une grande affluence ayant été enregistrée lors de la dernière journée durant laquelle les portes ont été ouvertes au public. La manifestation attire, en effet, beaucoup de monde car elle constitue une véritable vitrine des progrès réalisés par le secteur des fruits et légumes et activités annexes. Pour les professionnels, au fil des ans cette manifestation, qui en est à sa huitième édition, est devenue un rendez-vous incontournable. En témoigne le grand nombre d’opérateurs marocains et étrangers devenus fidèles au salon depuis sa première édition. Un grand nombre d’exposants souhaite cependant la tenue du salon tous les deux ans. «Bientôt ce sera le Salon international de l’agriculture, deux évènements similaires en une année. Cela occasionne trop de dépenses», estime un chef d’entreprise de la filière. Les exposants montrent en effet des signes d’essoufflement car les budgets de communication sont restreints. Mais de l’avis de Samir Tazi, commissaire général du salon, «le Sifel Maroc ne peut faire un vide et devenir bisannuel qu’après sa dixième édition car il faut encore le conforter». Les organisateurs du Sifel Maroc ont même aujourd’hui pour projet un autre rendez-vous pour le secteur. Il s’agit d’un salon itinérant baptisé Nassim. Cette manifestation qui se tiendra sous l’égide du ministère de l’Agriculture fera sa première escale en janvier à Berkane, en mai à Larache, en juin à Beni Mellal et en septembre à El Jadida. La démarche qui se veut de proximité vise à offrir une visibilité sur les potentialités de chaque région agricole et susciter des échanges entre elles dans l’objectif de drainer de nouveaux investissements. En attendant, la huitième édition du Sifel Maroc a permis de renseigner les acteurs professionnels du secteur sur les nouveautés et les avancées technologiques. S’il est vrai que les acheteurs étrangers n’étaient pas en force lors de la manifestation, les représentants du marché de Saint Charles et les importateurs de Perpignan ainsi que des professionnels russes, étaient au rendez-vous, avance Samir Tazi. «Ce n’est pas un salon lors duquel les exportateurs vendent leur produit mais c’est tout de même un événement où les partenaires se donnent rendez-vous», poursuit-il. La huitième édition du Sifel Maroc était aussi l’occasion de souligner les avancées du secteur. «Nous avons franchi de grandes étapes dans nos chantiers visant l’amélioration du climat des affaires et de doing business et dont l’impact sera de taille sur toutes les filières agricoles», a déclaré Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime. Il a aussi rappelé les lois sur l’agrégation et l’interprofession qui sont en cours de promulgation ainsi que l’élaboration d’une nouvelle stratégie du Conseil agricole. Une démarche qui sera mise en œuvre en 2011 et qui contient une avancée de taille: la création du statut du conseiller agricole. Le texte de loi y afférent est rentré dans les circuits d’approbation, a ajouté Aziz Akhannouch.


Trophées

EN marge du Sifel, le cabinet Golds Roots reconduit une nouvelle édition du Trofel. Un concours pour récompenser les entreprises les plus performantes du secteur des fruits et légumes. Dans la catégorie fruit, c’est le groupe Kantari qui a décroché le trophée de l’excellence. Pour sa part, l’entreprise Pack Souss a eu le trophée de la qualité. Dans la catégorie légumes, la distinction a été décernée au groupe Matysha.M. A. & I. Bo

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc