×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Royaume-Uni: Un pilote algérien exige les excuses de l’Etat

Par L'Economiste | Edition N°:1334 Le 16/08/2002 | Partager

. Suspecté d’avoir entraîné les pirates de l’air du 11 septembre, Lotfi Raissi clame son innocence et affirme qu’il était traité comme “coupable jusqu’à preuve du contraire”Encore une victime du nouveau système antiterrorisme. Après le 11 septembre, de simples citoyens, dont le seul crime est d’être Arabe ou musulman, se sont retrouvés du jour au lendemain taxés de terroristes. Le cas de Lotfi Raissi, un Londonien d’origine algérienne, est significatif. Libéré après avoir passé cinq mois en prison, Lotfi Raissi a affirmé mercredi dernier qu’il envisage de poursuivre les autorités britanniques et américaines en justice sauf si ces dernières présentaient des excuses pour les conditions déplorables de son incarcération, rapporte la chaîne américaine CNN. “Si je n’obtiens pas d’excuses, mon avocat fera le nécessaire pour intenter un procès”, a-t-il déclaré à la BBC. “Je pensais que selon les lois de ce pays, un homme est innocent jusqu’à preuve du contraire. Mais, il s’est avéré dans mon cas, qu’un homme est coupable jusqu’à preuve de son innocence.”En vertu des lois antiterrorisme de l’après-11 septembre, la police britannique avait effectivement procédé à l’arrestation de dizaines de personnes, originaires pour la plupart du Moyen-Orient, soupçonnées de soutenir les actions de terrorisme. Quelques mois plus tard, aucun des suspects emprisonnés n’a été reconnu coupable. Ce qui a poussé un magistrat anglais à statuer le mois dernier que l’arrestation de neuf suspects, parmi les terroristes présumés, était illégale. “J’ai été suspecté parce que je suis musulman, Algérien, Arabe et pilote. C’est de la discrimination pure et simple”, déplore Lotfi Raissi. Il a été arrêté le 21 septembre à Londres sur une demande de la police américaine qui enquêtait sur les attentats du World Trade Center. Dans leur enquête, les procureurs américains se sont basés sur de présumés liens entre Raissi et Hani Hanjour, le pilote suspecté d’avoir précipité un avion civil sur le Pentagone. Ils ont demandé son extradition pour falsification de documents dans le but d’obtenir une licence de pilote aux Etats-Unis. Heureusement, un tribunal britannique a fini par rejeter toutes les charges retenues contre lui en avril dernier parce qu’elles étaient “non fondées.” Aujourd’hui, Raissi exige, dans une déclaration à la BBC, “des excuses publiques” de la part du FBI et de Scotland Yard. “Ils m’ont détenu dans des conditions déplorables, avec les prisonniers de droit commun. Je crois qu’ils l’ont fait exprès”, certifie Lotfi Raissi. Le ministère de l’Intérieur britannique a refusé de commenter la demande de Raissi, affirmant que son cas a été traité conformément à la loi. Aziza EL AFFAS

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc