×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Rapprochement BCM/Wafa: Des synergies à développer

Par L'Economiste | Edition N°:1653 Le 02/12/2003 | Partager

. Jugé minime par le marché, le prix de vente “n'est pas le plus important”. Le trafic bancassurance de la BCM transféré vers Wafa Assurances. Le rapprochement lancé dès ce mois «Le prix de cession du holding OGM, qui détient les participations dans Wafa Assurances et Wafabank, importe moins par rapport à la vision stratégique que nous rêvons de leur réserver: la création d'un groupe financier massif au niveau national et régional”. Telle a été la première déclaration de Saâd Kettani, PDG de Wafa Assurances et administrateur d'OGM, lors de la conférence conjointe, organisée lundi 2 décembre dans la matinée, avec Khalid Oudghiri, PDG de la BCM. Saâd Kettani a également souligné “que si le management de la Wafabank (Abdelhak Bennani, PDG) et les autres actionnaires stratégiques (Crédit Agricole Indosuez ou Banco de Bilbao) n'ont été informés qu'après la signature de l'accord, c'est pour garantir la réussite de l'opération”. Il ajoute enfin que Abdelhak Bennani ne jouera plus aucun rôle dans la nouvelle structure BCM/Wafa. “Après 25 ans à la tête de l'entité bancaire, il est temps pour lui de partir à la retraite et laisser la place aux nouvelles générations”.Abdelhak Bennani n'était pas de la partie, mais a eu part aux éloges du PDG de Wafa Assurances.S'agissant de l'aspect technique de cette opération, Saâd Kettani souligne que “le développement des deux entités financières, sous la conduite de sa famille, a atteint son summum. Pour lui, “il était temps, afin de permettre au groupe de se déployer davantage, de l'adosser à une structure bancaire de premier ordre au niveau national et de préférence marocaine”. Cela tient un peu, dit-il, de “la volonté de mon défunt père, Ali Kettani, de conserver son oeuvre maroco-marocaine”. Le prix de vente, jugé faible par les milieux financiers, “importe peu dans notre choix de céder le groupe à la BCM; l'essentiel c'est de pérenniser les deux établissements”, a souligné Saâd Kettani. Au moment de ses déclarations, la Bourse de Casablanca a accueilli l'échange de 20% du capital de Wafa Assurances au prix de 330 DH entre des membres de la famille Kettani et OGM. Le nouvel ensemble, aux couleurs marocaines, pèsera lourd dans le paysage bancaire aussi national que régional. “Avec désormais 25% du marché bancaire local, il devient le premier de la place”, précise Khalid Oudghiri. “Le champion national, comme il le nomme, représentera la première banque du Maghreb et se hissera au 8e rang africain après six banques sud-africaines et une banque égyptienne” (1). Ce rang de leader au niveau national sera conforté davantage par la complémentarité des activités des deux groupes bancaires. Khalid Oudghiri tient à préciser qu'il compte avec les équipes des deux banques développer ces synergies. Aussi, les sociétés de Bourse, de gestion d'actifs, de corporate de crédit à la consommation et de leasing, devront être fusionnées L'objectif ultime de créer une banque d'affaires privée. Les clients bénéficieront de l'accès à un réseau de 460 agences et des meilleures pratiques et services des deux groupes. Dans ce sens, Oudghiri l'a très bien souligné, “il ne sera pas question d'imposer ni la vision de la BCM ni ses pratiques pour créer le nouvel ensemble; toutes les compétences seront valorisées équitablement”. En outre, “les programmes de recrutement pour 2004 des deux banques seront maintenus, soit quelque 350 postes à pourvoir”, précise-t-il.Le rapprochement devrait être mené immédiatement après l'accord du comité des établissements de crédit, qui interviendra au courant de ce mois. Pour convaincre aussi bien le Conseil des sages de la place que ses actionnaires, l'ensemble Wafa/BCM met en avant quelques éléments-clés de sa stratégie future. Il compte mettre en place des fonds d'investissement multisectoriels, accompagner la PME/PMI dans le cadre de sa mise à niveau, développer des relations étroites avec les associations professionnelles et oeuvrer pour la bancarisation du pays, ou encore favoriser l'émergence de groupes nationaux leaders.Le nouveau conseil d'administration de Wafabank devra être constitué avant la fin d'année. Puis en janvier 2004 sera mis en place un nouvel organigramme cible pour démarrer les travaux de rapprochement. En mars prochain, après l'arrêté des comptes de Wafabank, BCM lancera son OPA pour l'acquisition du reste du capital de la banque. Le coup de feu de la fusion sera donné en octobre 2004. Dans le registre de financement de cette opération de croissance, Khalid Oudghiri rappelle que “la BCM dispose de fonds propres suffisants pour financer sa présente acquisition, quelque 3,25 milliards de DH”. Le reste, notamment les 64% du capital de Wafabank, seront financés en fonction des deals à passer avec les actionnaires stratégiques. Sur ce point, il a souligné qu'aucune proposition n'a encore été faite au Crédit Agricole Indosuez ou Banco Bilbao. Le groupe BCM attend une décision individuelle de ce qu'ils comptent faire de leurs actifs bancaires au Maroc. “S'ils souhaitent se maintenir dans le capital, ils seront les bienvenus. Sinon, nous négocierons leur retrait convenablement”, fait-il remarquer.


Interrogations sur l'avenir d'Axa

Les interrogations continuent de peser sur l'avenir de Axa Assurances Maroc dans la stratégie future de la BCM. Selon son président, “elle transférera son business développé dans la bancassurance avec Axa Assurances Maroc vers Wafa Assurances”, a-t-il répondu. Les milieux financiers estiment que cela représente près de 25% du chiffre d'affaires de la compagnie détenue par Axa France à hauteur de 51%, aux côtés de l'ONA qui y détient le reste.Le management de la BCM estime que le développement de sa nouvelle compagnie d'assurances, Wafa Assurances, est à ce prix. Cela se justifie par le fait que cette dernière a développé “un bon modèle de bancassurance avec Wafabank, à travers laquelle elle réalise 50% des primes”, précise Oudghiri. “Le rôle de l'ONA, actionnaire stratégique de la BCM, pour préserver ses intérêts dans l'assurance, restera limité”, estiment les proches collaborateurs. Le holding pourrait néanmoins transférer les affaires du courtier Agma-Lahlou Tazi, détenu à hauteur de 50,4%, vers Wafa Assurances.Bouchaïb EL YAFI----------------------------------------------(1) Source: Classement Euromoney suivant les fonds propres 2002.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc