×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

A quoi ressemblera l’hôpital de demain?

Par L'Economiste | Edition N°:2913 Le 02/12/2008 | Partager

. Diagnostic, TI, dossier médical informatisé… pour une mise à niveau. Nécessité d’un plan directeur immobilierEtre soigné dans de bonnes conditions reste l’un des soucis de la majorité des Marocains qui revendiquent leur droit aux soins dans la dignité. «Assez de corruption, de favoritisme et de laisser-aller…», martèle ce malade dans un hôpital à Casablanca. Malgré les efforts consentis, la situation est marquée aujourd’hui par la pénurie de professionnels, la vétusté des équipements, l’insuffisance des budgets, la corruption, la démotivation du personnel, une qualité des soins déplorable… et la liste s’allonge. Grisâtres, nos hôpitaux publics ont besoin également d’un réel lifting côté infrastructure et architecture. Justement pour débattre du thème «L’hôpital de demain, planification et architecture», un colloque a été organisé la semaine dernière par le ministère de la Santé et la société Oger international en présence d’experts nationaux et internationaux, des délégués régionaux et des directeurs d’hôpitaux. Ce colloque était donc un point de rencontre du monde médical et du monde de l’ingénierie dont l’objectif est d’améliorer les conditions d’utilisation des hôpitaux publics et leurs services. Selon les experts, «la construction d’un nouvel hôpital ne se réduit pas à un acte de bâtir, mais elle nécessite une vision urbanistique, médicale, organisationnelle et managériale». Chaque projet de construction doit intégrer les dimensions, scientifique, technologique, sociale, hôtelière... D’où la nécessité d’un plan directeur immobilier pour fixer les orientations stratégiques à l’échelle de l’hôpital et décrire les grandes lignes en matière d’organisation dans «l’espace». Les spécialistes, français notamment, venus nombreux au congrès, ont présenté leur vision de l’hôpital de demain, tout en abordant des projets et des expériences pour mieux soigner et mieux gérer. C’était aussi l’occasion de présenter l’expérience marocaine et les mesures prises pour mettre à niveau le milieu hospitalier. Le diagnostic hospitalierL’élaboration du projet d’établissement hospitalier (PEH) passe par une étape obligatoire: le diagnostic hospitalier. De sa réussite va dépendre le succès des autres projets: médical, managérial, technique et de soins. Ce diagnostic permet de ressortir les problèmes que rencontrent les hôpitaux à la fois sur le plan des équipements, des bâtiments, de la qualité des soins, outre la gestion de l’information clinique et administrative. Il est ainsi recommandé de mettre à niveau l’existant avant tout projet de développement de disciplines nouvelles. Les TIC, pour un suivi continuLe système d’information hospitalier (SIH) contribue au renforcement de la gestion et l’amélioration de la qualité de soins et services hospitaliers. Sa réalisation repose sur deux axes: le développement des technologies de l’information et de la communication et le développement d’un système d’information intégré qui tient compte des besoins des gestionnaires et des opérationnels. Le projet du SIH nécessite une mobilisation et une gestion de changement auprès des acteurs hospitaliers avant et pendant l’intervention et implique un suivi continu.Gestion de la maintenance par ordinateurLe ministère de la Santé a décidé d’investir dans un outil national de gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO). Cette mesure fait partie du système d’information, de gestion et de pilotage de la fonction maintenance qui a pour mission de garder dans de bonnes conditions les bâtiments, les installations techniques et les équipements hospitaliers. Parmi les bénéfices attendus de la mise en place de la GMAO, l’on cite une meilleure gestion et réduction des coûts et l’amélioration de la fiabilité et de la disponibilité des équipements et installations.Dossier médical informatiséLe dossier médical classique ne répond plus aux impératifs de modernisation et de mise en place de nouveaux régimes d’assurance maladie. L’utilisation exclusive par le médecin traitant, l’extraction difficile des données pour exploitation scientifique et les problèmes d’archivage limitent l’intérêt du dossier médical actuel. Le dossier patient minimal commun ou DMP (dossier médical partagé) se veut une alternative novatrice en proposant un dossier médical informatisé s’intéressant aussi bien aux aspects médicaux du patient qu’aux versants paramédical et administratif. Ainsi, il permet une meilleure traçabilité des démarches médicales et une réduction notable des coûts de santé.Management environnementalLes trois pôles du développement durable économique, social et environnemental sont au cœur de la démarche hospitalière. L’hôpital doit gérer les centres hospitaliers selon un système de management environnemental (après le management de la qualité, déjà lancé). Il doit être construit ou rénové avec une démarche respectueuse de l’environnement. Le futur c’est surtout un hôpital écologique.Fatim-Zahra Tohry

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc