×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Phosphates: Engro brigue le marché maghrébin
De notre correspondant permanent à Alger, N. LARIBI

Par L'Economiste | Edition N°:3188 Le 12/01/2010 | Partager

. Un milliard de dollars d’investissements consacré à son expansion. Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie sous le regard du groupe Engro Les investisseurs étrangers s’intéressent de plus en plus aux marchés maghrébins. Ainsi, le groupe chimique Pakistanais Engro, vient de consacrer un budget de 1 milliard de dollars pour son expansion en Afrique du Nord, en particulier: la Tunisie, l’Algérie et le Maroc. Asad Umar, the big boss d’Engro, a indiqué que le groupe s’attend à conclure, cette année, une affaire de 1 milliard de dollars pour la construction d’une usine d’engrais phosphatés en Afrique du Nord au courant de cette année. «Nous voulons aller investir sur les lieux où se trouve le minerai. Tous les plus grands gisements du phosphate du monde sont en Afrique du Nord. Nous regardons le Maroc, l’Algérie et la Tunisie… nous regardons chacun des trois en ce moment», souligne le patron d’Engro.A ce propos, le marché marocain risque fort d’attirer plus l’attention de la société Engro au vu de la richesse de son sol en minerais (phosphates) qui fait de lui l’un des premiers exportateurs mondiaux. Le Royaume s’adjuge en effet 75% des réserves mondiales des phosphates avec une production de près de 30 millions de tonnes et ambitionne d’atteindre 55 millions de tonnes à l’horizon 2015.Bref, si le Pakistan produit les engrais azotés pour ses fermiers, le pays n’a pas assez de matière première pour satisfaire la demande d’un nombre de plus en plus important de consommateurs parmi sa population rurale. Sachant que 60% de la population du Pakistan vit dans le milieu rural. Selon les analystes, les plans d’Engro reflètent la demande croissante en produits liés au secteur agricole. Les fermiers recherchent de plus en plus des manières d’augmenter leurs rendements confrontés aux effets de l’inflation récente qui a réduit des marges bénéficiaires. En novembre dernier, la société de finance internationale, le bras de prêt au secteur privé de la banque mondiale, a annoncé un prêt de 50 millions de dollars à Engro pour l’expansion de ses affaires. Au cours des dernières années, le groupe a investi environ 1,6 milliard de dollars dans l’agroalimentaire et le secteur de l’énergie.

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite